Vidéoportraits, Yves Trémorin et Frank Delaunay

«Vidéoportraits», dvd vidéo, Sous la direction de Yves Trémorin et Frank Delaunay, Présent composé, 2007
«Vidéoportraits», dvd vidéo, Sous la direction de Yves Trémorin et Frank Delaunay, Présent composé, 2007

 

Vidéoportraits, DVD vidéo ; Création audiovisuelle du master professionnel « Créateur de produits multimédia artistiques et culturels », sous la direction de Yves Trémorin et Frank Delaunay , 2007 – ISBN : 2-9522355-3-8
8 portraits filmés de rennais issus de différents milieux âgés de 18 à 25 ans.
Ces vidéoportraits se placent dans le champ de l’Art, par analogie avec le travail stylistique d’écriture de La Bruyère au XVIIè siécle : Les caractères. À travers l’utilisation d’une forme flirtant avec le documentaire, ces réalisations se caractérisent comme objets d’Art.
Œuvres et auteurs :
Asv : Yann Tigero, Ewen Meheust
Simple : Anne-Claire Bourdois, Eric Bardi
Coups de mains : Pauline Maret, Coline Chaumont
À l’ombre d’un projecteur : Élodie Clouet, Charlotte Bouvet
Matuvu : François Jankowiak, Guillaume Le Coadic
Je suis de là : Sophie-Dorothé Kleiner, Anna Duriez
Dernier printemps : Claire Braunstein, Sylvain Coesmes
Sans P : Florent Déchiron, Julien Roth

« Build n° 2 », Alexis Chazard et Sébastien Vonier

« Build n° 2 » , livret 32 pages n&b + dvd rom. Sous la direction de Sébastien Vonier et Alexis Chazard, Présent composé, 2005
« Build n° 2 » , livret 32 pages n&b + dvd rom. Sous la direction de Sébastien Vonier et Alexis Chazard, Présent composé, 2005

 

Build n° 2, Livret 32 pages n&b + DVD vidéo. Workshop sous la direction de Sébastien Vonier et Alexis Chazard (artistes). Édition hybride avec les étudiants du Master 2 professionnel « Créateur de produits multimédia artistiques et culturels ». Le workshop s’est déroulé sur le site de l’université Rennes 2, pôle Langues, les 17, 18, 19, 24, 25, 26 Octobre 2005.

Équipe de réalisation du projet :
Stève Clément, Guillaume Druhen, Annie Malarme, HongFeng Wang, Maja Drzewinska, Aude Gourichon, Charlène Fouquet, Dominique Bezières, Eddy Frémont, Estelle Soleillant, Nathalie Papeil, Marie Boissel, Romain Deschateaux, Ambre Guibet, Suzanne Boureau.
Avec le concours des Beaux-Arts de Rennes et le Frac Bretagne, 2005. ISBN : 2-9522355-1-1

Véronique Hubert : « Chapitre 7, Le départ », supplément cd rom.

« La Fagm », réalisation hypermédia, chapitre7, supplément cd-rom au livre d’artiste de Véronique Hubert, Conception réalisation Pierre Braun, coédition Présent composé et Incertain Sens, Rennes 2002
« La Fagm », réalisation hypermédia, chapitre7, supplément cd-rom au livre d’artiste de Véronique Hubert, Conception réalisation Pierre Braun, coédition Présent composé et Incertain Sens, Rennes 2002

 

Véronique Hubert : « Chapitre 7 : Le départ », Histoire de la FAGM. Hypersensibilité H = grosse fatigue. Supplément CD-ROM au livre d’artiste, édition hypermédia de création et de recherche. Réalisation Pierre Braun. En coédition avec les Éditions Incertain Sens et le Frac Bretagne. 2002
Configuration requise :
PC Pentium ; 64 Mo Ram ; écran millions de couleurs ; 640×480 (14″) minimum ; windows 95 ou ultérieur, lecteur CD 12X
Plug in Quicktime disponible sur le CD.
MAC : Powerpc OS 8.5 jusqu’à OS 10 (Classic uniquement), 64Mo dont 13 pour l’application

Le cd rom, est le dernier chapitre qui referme l’histoire de la Femme Aux Grosses Mains (FAGM). Sa conception et sa fabrication précède de presque 2 ans l’édition de son livre d’artiste qui inclue le cd-rom.

les images et les textes défilant à l’écran ont une qualité spécifique. Le lecteur se trouvera volontairement soumis à un rythme soutenu et hypnotique finissant par échapper à ses capacités de lecture. Les images transformées en flux vidéo ont été volontairement laissées avec une qualité vidéo basse résolution.
Ce projet mixe volontairement avec le logiciel Director Macromédia des images fixes et des textes de basse définition en lien avec le livre d’artiste associé (finalisé après la réalisation du cd-rom). La thématique du livre se prolonge sur le support numérique. Elle aborde la question des troubles mémoriels, de phénomènes de persistance d’une hypersensibilité au niveau physiologique. C’est une fiction de nature inter-médiumnique qui nous est proposé puisqu’il est question de multiples sensations schyzophréniques du corps et où le personnage principal suite à son hospitalisation doit “sentir” son environnement immédiat avec les mains. Le graphisme adopté pour le livre comme le cd-rom renvoie au bricolage et aux maladresses d’un corps qui éprouve nouvellement le monde et se cherche. C’est comme si les choses du monde se mettaient à coller inexplicablement à nos corps : nous pourrions explorer le monde mais tout en étant déjà englué dedans… Les séquences de textes animés sont également présentées sur le support papier. Les typographies Gadget et Chalkboard reprennent le style de la Comics sans sérif (une police conçue en 1995 très vite réputée pour son côté amateur et un peu trop Cartoon…). Deux des trois animations conçues pour l’œuvre ont été porté ensuite sous le logiciel After effect pour être traitées (post production) en compositing puis retraitées au format vidéo, avec un codec de compression permettant une lecture sur support de cd-rom.Le défilement des textes de directions, parfois opposées, force le regard et peut occasionner la nausée. Les effets cinétiques des textes et des images sont quasi hypnotiques.

disponible au éditions Incertain Sens
http://www.incertain-sens.org/

Véra Molnar, journaux intimes. 1976-2003.

«Véra Molnar. Journaux intimes, 1976-2003», cd-rom sous la direction de Vincent Baby, Pierre Braun et Boris Volant, Présent composé, Rennes, 2009
«Véra Molnar. Journaux intimes, 1976-2003», cd-rom sous la direction de Vincent Baby, Pierre Braun et Boris Volant, Présent composé, Rennes, 2009

 

Véra Molnar, journaux intimes. 1976-2003, sous la direction de Pierre Braun, Vincent Baby et Boris Volant, 2008 – ISBN : 2-9522355-4-6
Édition hypermédia de création et de recherche avec le master professionnel « Créateur de produits multimédia artistiques et culturels »
Ce nouveau numéro est consacré à la publication des dix premiers « Journaux intimes » de Véra Molnar, artiste pionnière du Computer Art.
Au croisement du constructivisme, de l’art conceptuel et de l’art concret, ses œuvres qui sont présentées dans de nombreuses institutions muséales portent sur l’expérimentation quasi systématique d’éléments et de relations plastiques élémentaires. Cette spécificité conduit Véra Molnar à utiliser l’ordinateur dès la fin des années soixante.
Les carnets qu’utilise encore quotidiennement l’artiste et qu’elle a généreusement accepté de nous confier pour cette publication représentent un assemblage temporel et iconographique de près de 2000 pages d’annotations et de dessins préparatoires à ses œuvres.
Pliages, découpages, crayonnages, annotations, reprises, biffures, paperoles griffonnées à la main ou tracées par ordinateur sont autant d’éléments d’une géographie imaginaire qui pourra surprendre par sa richesse, sa rigueur et ses traits d’esprit.
30 années d’activité se trouvent désormais accessibles pour éclairer la conception et la genèse d’une œuvre qui anticipe – et prend en même temps position de manière singulière – des nouvelles manipulations d’images et de signes.
Nous espérons que tous les publics étudiants, chercheurs et amateurs d’art trouveront dans cette application interactive le vivant témoignage des recherches de Véra Molnar et reconnaîtront l’exceptionnelle possibilité de perpétuelle réactivation de sa démarche artistique.

Équipe de réalisation du projet :
Gwenaël Bacle, Marc Blanchard, Christophe Calado, Agnès Caux, Céline Chapdelaine, Bérengère Derrien, Émilie Duclay, Sven Duval, Anne-Gaëlle Fauchon, Gwendoline Gabarrot, Élodie Migné, Caroline Pons.
Équipe pédagogique associée : Pierre Braun, Roxane Jubert, Erwan Mahé
Design Packaging : Vincent Baby, Marc Blanchard, Pierre Braun, Frank Delaunay
Droits de reproduction des œuvres : Véra Molnar
Droits photographiques (journaux intimes) : Vincent Baby
http://www.veramolnar.com

PC
MAC Flash 8

Vito Acconci/Acconci Studio. Une architecture en projet

«Vito Acconci /Acconci Studio. Une architecture en projet», dvd rom, conception, réalisation Pierre Braun, Présent composé, Rennes, 2005
«Vito Acconci /Acconci Studio. Une architecture en projet», dvd rom, conception, réalisation Pierre Braun, Présent composé, Rennes, 2005

 

Vito Acconci/Acconci Studio. Une architecture en projet.
Édition hypermédia de création et de recherche. Livret de 40 pages couleurs + DVD-ROM (projet soutenu par le Conseil scientifique de Rennes 2, le Frac Bretagne, la fondation ICAR, et Odradek, revue sonore en ligne), 2004

PC Pentium 80 MHZ ; 32 Mo Ram ; écran 800×600 (14″) minimum ; windows 95 ou ultérieur
Plug in Quicktime disponible sur le CD.
MAC : OS 8.5 jusqu’à OS 10 (Classic uniquement)

Équipe de réalisation du projet :
Conception/réalisation : Pierre Braun
Entretien :Yoann Barbereau, Muriel Caron, Marion Hohlfeldt, Nicolas Toublanc
Caméra :Pierre Braun
Contacts : Marion Hohlfeldt, Pierre Braun
Droits de reproduction : Acconci Studio, New York, ICAR Foundation, Paris
Traductions :Yoann Barbereau (entretien, textes ICAR Foundation), Joseph Rézeau (Extraits de la présentation des projets sur http://www.acconci.com), Jacqueline Jambin (oeuvres commentées par Vito Acconci)
Commentaires des maquettes, textes critiques, mots clés, entrées thématiques : Yoann Barbereau, Sylvie Mokhtari, Pierre Braun
Recherche bibliographique, documentation : Sylvie Mokhtari (Archives de la Critique d’Art, Châteaugiron)
Documentation additionnelle : Catherine Elkar ( FRAC Bretagne), Brigitte Charpentier (FRAC Bretagne), Robert Punkenhofer (Courtesy Art&Idea, http://www.art-idea.com)
Maquettes et descriptions : Vito Acconci (Courtesy Vito Acconci), Rens Lipsius (Courtesy ICAR Foundation, Paris)
Graphisme intérieur du livret : Bruno Elisabeth
Programmation, interactivité, graphisme, animations : Pierre Braun
Programmation additionnelle : Sylvie Tissot, David-Olivier Lartigaud

Co-production : Conseil scientifique de l’université Rennes 2 (Marc Gontard), Equipe d’accueil Arts : Pratiques et poétiques (Jean-Pierre Berthomé), L’unité de formation et de recherche ALC (Pierre Bazantay), Département des arts plastiques (Leszek Brogowski) & Le FRAC Bretagne. ISBN 2-9522355-0-3
Remerciements :Vito Acconci, Rens Lipsius, Mike Bellon, Sarina Basta, Patrice Roturier, Jean-Noël Lafargue

LOL – Rire aux éclats

Voici les enregistrements des quatre communications de la journée d’étude LOL – Rire aux éclats organisée le vendredi 13 janvier 2012 à l’Université Rennes 2 dans le cadre du séminaire de l’équipe Arts : Pratiques et Poétiques ayant pour objet : Compréhension, incompréhension : du malentendu à la provocation.

 

« Des zygomatiques en action à trois petites frappes nerveuses »

Dans le cadre de ces trois journées d’étude où nous nous interrogeons collectivement sur le rire et la provocation, ils nous a paru opportun de saisir l’occasion de questionner un rire bien particulier, un rire contemporain né dans les entrailles du réseau Internet. Pierre Braun, Bruno Bossis, Joël Laurent et moi-même, nous nous sommes arrêtés sur une expression qui semble être symptomatique de la sensibilité liée à l’Internet : LOL.

“LOL” pour “Laughing out loud”, ce qui peut se traduire par “rire aux éclats”. C’est un acronyme qui vient des salons de discussion sur Internet (les chatrooms) et des messageries instantanées. Il vient souvent ponctuer des phrases ou relancer une discussion qui s’enlise. Il manifeste une sensibilité et une conception du vivre ensemble qui nous intrigue.

Cette locution est propre au domaine des machines à communiquer dont l’échange se fait non pas exclusivement avec la voix, mais à partir d’un système de représentation graphique, à savoir l’écriture enrichie parfois d’émoticons. LOL aurait pu être inventé au temps du télégraphe ou du morse… Mais non il est l’invention, le fruit du réseau Internet.

LOL n’est pas une expression noble et soutenue car elle teintée de légèreté, de trivialité voire de vulgarité. On aurait tendance à la confiner dans le répertoire fleuri du langage juvénile mais dans la pratique, je veux dire quand on utilise les messageries instantanées pour communiquer, il faut se rendre à l’évidence : LOL est une expression étonnement et curieusement employée par toutes les classes d’âges.

Que désigne ce LOL ? Quel état d’hilarité manifeste-t-il vraiment ? Que dit-il vraiment sur l’état des zygomatiques de l’internaute quand il tape ces trois lettres sur son clavier ? LOL correspond-il vraiment à un éclat de rire ?

On peut dans un premier temps avancer l’hypothèse que ce rire aux éclat désigne une sensation étrange de l’état dans lequel se trouve l’internaute ou dans lequel nous nous trouvons avec les technologies de l’information. Nous faisons l’expérience d’une présence à distance, nous nous sentons à la fois loin et proche de notre interlocuteur. Dans ce contexte de promiscuité et d’isolement, le corps vient se rappeler, se manifester à notre esprit pris dans le flux et l’instantanéité des messageries électroniques. Devant son écran d’ordinateur nécessairement connecté au réseau Internet, un sourire qui se dessine sur le visage de l’internaute se manifeste, s’exprime, se représente graphiquement par une amplification : il devient un un éclat de rire. Ou pour le dire autrement : un éclat de rire sur Internet est “un presque rien” qui gagne en intensité par trois petites frappes successives et nerveuses de l’index sur les touches “L”,”O” et “L”.

L’ouvrage de référence en ce qui concerne le rire aux éclats est celui du philosophe Olivier Mongin publié en 2002 aux éditions Le Seuil. Dans “Eclats de rire”, un essai qui a pour objet l’étude des passions démocratiques, Olivier Mongin distingue deux types de rire : le rire des artistes et le rire du quotidien, celui des bons ou mauvais blaggeurs. Plutôt que s’indigner de la mort du rire à la manière de Gilles Lipovetsky ou bien de faire sociologue Paul Yonnet l’éloge de la démocratisation du rire, Olivier Mongin interroge ce qui distingue et ce qui rapproche ces différents rires.

Pour Olivier Mongin, l’enjeu philosophique du rire porte sur la manière dont une société ou un individu considère son corps, je cite :

Force est d’admettre simultanément que le rire, quel qu’il soit, renvoie à une image du corps et de la communauté à laquelle nous appartenons. Rire artiste ou rire banal, rire de scène ou rire de télévision, les rires révèlent toujours notre manière d’être ensemble, notre aptitude à nous lier, à nous délier, à tirer sur la corde. C’est pourquoi le corps est la matière première du rire, le corps muet des burlesques, le corps individuel mais aussi le corps collectif. (p. 12)

Qu’en est-il pour ce rire aux éclats des usagers de l’Internet ? De ce rire en apparence désincarné, de ce rire du réseau Internet ? Que nous apprend-il sur notre capacité à rire ensemble ?  Quelle sensibilité et conception de l’humour sous-entend-il ? Ce rire aux éclats est-il un filtre culturel qui nous permet de rire encore des rires et des provocations hérités de l’art de ces cinquante dernières années et de la présence discrète des artistes sur le réseau Internet ?

Que les tenants d’une philosophie de l’art bien ancrée dans son histoire et ses notions ne s’inquiètent pas, la bassesse des pratiques n’est pas à l’ordre du jour, le rire aux éclats que nous interrogeons aujourd’hui n’est pas un questionnement soft sur l’air du temps : le rire aux éclats que nous interrogeons aujourd’hui est celui du “rire artiste”, – je reprends, encore, Olivier Mongin – :

le rire de ceux qui offrent “une matière à rire” qui ne correspond pas spontanément au désir du rieur (…) le rire de ceux qui marquent une différence de niveau entre le public, que ce soit celui de la salle populaire de cinéma ou celui de la salle de spectacle, et leur travail artistique.

La matinée sera consacrée à l’intervention d’Anne-Marie Duguet qui nous fait l’honneur de sa présence. Directrice de la collection Anarchive, archives numériques sur l’art contemporain, elle est l’auteur de nombreux ouvrages de références concernant l’histoire de la vidéo et la création à l’époque du numérique. En février 2006, dans le cadre de la transmediale de Berlin, Anne-Marie Duguet a assuré le commissariat de l’exposition “Smile Machines” ayant pour objet l’humour, l’ironie et la dérision. Documents et œuvres à l’appui, elle reviendra sur cette expérience où le ludique, le curieux, le surprenant et le provoquant se manifestent comme une attitude critique nécessairement subtile.

Les trois interventions de l’après-midi concerneront l’incidence du réseau Internet sur notre capacité à rire ensemble et à créer “une matière à rire” : en effet, LOL est bien plus qu’un simple gimmick, c’est une forme sémantique du rire et de la provocation dans l’espace numérique qui doit nous interpeller sur le contexte bien curieux dans lequel les artistes développent aujourd’hui leurs propres imaginaires et produisent des formes, des signes et des dispositifs.

Loïc Diaz Ronda, doctorant en esthétique sous ma direction à l’université Rennes 2, interviendra sur le rire politique des cinéastes à l’époque des remontages et des mashup.  Jean-Pierre Quinquenel, doctorant en musique sous la direction d’Antoine Bonnet à l’université Rennes 2, évoquera le cas de Johannes Kreidler, un musicien contemporain très en phase avec  Internet. Puis Pierre Braun et moi-même, qui avions envie de partager avec vous nos éclats de rire, nous vous proposerons une communication à deux voix sur l’art de pirater les panneaux d’affichages électriques des bords de route.

Nicolas Thély



 

Communications et liens Internet

 

1/ Anne-Marie Duguet (Professeur émérite, Université Paris 1) : L’humour n’est pas drôle ! Ecouter la communication sur SoundCloud.

Documents : Reportage, galerie photos et entretien avec Anne-Marie Duguet (source ARTE).

2/ Loïc Diaz Ronda (Doctorant, Université Rennes 2) : Hollywood m’a tuer… Humour politique et remock.  Ecouter la communication sur SoundCloud.

Document : Yves-Marie Mahé, J’aime Bond, 2008-2011, 2’40 »

Œuvres citées et non disponibles sur Internet : Derek Woolfenden, That’s Entertainment ! (2004, 9′) et Yo-Yo Rated (2006, 20′)

3/ Jean-Pierre Quinquenel (Doctorant, Université Rennes 2) : Johannes Kreidler : créer c’est interpeller. Ecouter la communication sur SoundClound.

Document 1 : Johannes Kreidler – haptles , solo performance (1:30)

Document 2 : Untitled performance #1 (9:10)

Document 3 : Untitled performance #3 (7:23 soutitré en anglais avec l’ensemble Mosaik)

Document 4 : Gema : « 70200 Zitate fur GEMA in 33 Sekunden » (16:02)

 

4/ Pierre Braun et Nicolas Thély (Enseignants-chercheurs, Université Rennes 2 : Ghost protocol. Ecouter la communication sur SoundCloud.

 

] Document 1 : https://www.youtube.com/watch?v=yWB151fBGHA&feature=related

Document 2 : https://www.youtube.com/watch?v=2eUZJ4pcFSk&feature=fvwrel

Document 3 : https://www.youtube.com/user/maxcornelisse

Document 4 : https://www.youtube.com/watch?v=2a4gyJsY0mc

Document 5 : http://www.imdb.com/video/screenplay/vi1719665177/

Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

éditions Présent composé 2001-2013

logo

Crées en 2001, les éditions Présent Composé sont hébergées au laboratoire des arts plastiques de l’université Rennes 2. Associées à l’axe transversal de recherche en art « L’œuvre et l’imaginaire à l’ère du numérique » de l’université Rennes 2, elles interrogent l’époque numérique des arts. Les éditions produisent des recherches théoriques et plastiques, autour d’événements, de rencontres ou de thématiques émanant des laboratoires des arts. Chacune des productions interroge sur un plan pratique la mémoire le document et l’archive. Les publications sont variés et adoptent un support et une conception graphique renouvelés : entretien avec un artiste ou un théoricien, publication thématique de création et de recherche, projet collectif éditorial, création numérique expérimentale, analyse d’œuvre.
Les éditions sont destinées à l’ensemble de la communauté scientifique universitaire, aux chercheurs, professionnels et étudiants en arts. Il s’agit d’accéder aux travaux de recherche sur l’art contemporain, l’imaginaire numérique, ses processus de création, ses figures et leurs modalités d’existence, observer et  interroger l’apport, le sens et l’inscription de l’art dans le paysage culturel et technologique contemporain. Les éditions existent sous une forme tangible ou dématérialisée.

 

Direction éditoriale (2001-2013) :

 

Anne Bénichou (université du Québec à Montréal)
Samuel Bianchini (université de Valenciennes, CITU)
Pierre Braun (université de Rennes 2)
Edmond Couchot (université de Paris 8)
Catherine Elkar (Frac Bretagne)
Marion Hohlfeldt (université de Rennes 2)
Joël Laurent (université de Rennes 2)
Sylvie Mokhtari (Archive de la Critique d’Art).

 

Partenaires :

 

Éditions Incertain Sens,

École des beaux-arts de Rennes

FRAC Bretagne,

Archives de la Critique d’Art,

Icar Fondation,

Galerie Oniris .

>