Le FacLab de Cergy-Pontoise, terrain du « détournement créatif »

Jean-Marc Ayrault, premier ministre, Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche et Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’innovation et à l’économie numérique ont visité le FacLab dans la matinée du 28 février, suite à un séminaire gouvernemental sur le numérique qui s’est tenu à l’université de Cergy-Pontoise, qui abrite le FacLab.

ophelia noor1Crédit photo : Ophelia Noor

Le modèle du FacLab, premier FabLab français intégré dans une université, pourrait bien inspirer le futur FabLab de Rennes 2 qui se monte peu à peu sous l’impulsion de Thomas Meghe.
Cet évènement a été passionnant à vivre de l’intérieur : je suis actuellement en enquête de terrain au FacLab dans le cadre de ma thèse.
La préparation de cette visite officielle a créé une véritable effervescence dans le FacLab, chacun pendant une semaine finissant au maximum ses projets, tenus dans le secret de cette visite par les responsables de l’endroit. J’ai moi-même été sollicitée pour réaliser des affiches pour expliquer le fonctionnement des machines et du wiki du FacLab (qui permet de mettre en ligne les projets). J’ai aussi été chargée de faire des panneaux pour mettre en avant les comptes FacebookTwitter et le réseau international des FabLabs.
Le parcours des ministres devant durer trente minutes chrono, tout avait été programmé et Emmanuelle Roux et Laurent Ricard, les deux responsables fondateurs du lieu, nous ont présenté une feuille de route (un « brief ») avec des « éléments de langage » à respecter et les idées fortes qu’ils voulaient faire passer au gouvernement.
Cette rencontre avec la haute hiérarchie nationale a donc été l’occasion d’un résumé très synthétique des intentions de ceux qui ont fait exister ce lieu. Chacun de nous a été placé dans tel ou tel espace, faisant telle ou telle action pour montrer de manière efficace et plus ou moins naturelle différentes facettes des activités du Lab.
Voici un récapitulatif, salle par salle, des temps forts de la visite. C’est aussi l’occasion de rappeler que ces salles portent des noms chargés d’histoire : Homo Faber, Leonard De Vinci, Gutemberg, Niépce…

Salle Homo Faber : « un wiki physique et une micro-usine locale et partagée »

Cette salle est la première dans laquelle les visiteurs/futurs usagers rentrent quand ils visitent le FacLab. L’objectif était dès l’arrivée des ministres de « faire comprendre qu’un FabLab c’est la continuité de la culture numérique, en appuyant sur la notion de partage, de wiki physique, d’espace collaboratif ». La « visioconf » (c’est à dire la connexion live avec les FabLabs internationaux) a été valorisée pour appuyer l’idée d’une communauté à la fois « virtuelle » et physique.

IMG_0928

Emmanuelle Roux et Laurent Ricard ont tenu dès la première salle un discours calculé, malgré tout assez proche de ce qui est transmis aux visiteurs lors de la visite rituelle qui marque chaque nouvelle arrivée :
« Ici, on accueille tout le monde : ceux qui souhaitent passer d’une idée à un objet, ou juste découvrir un FabLab. C’est gratuit à condition de respecter trois conditions, qui sont les valeurs morales du lieu : participer, partager, documenter. Il n’y a pas d’usager, uniquement des cocréateurs. Le FabLab est un lieu de décloisonnement, d’innovation sociale et collaborative. C’est un lieu jamais fini, que chacun peut améliorer, tout comme les projets qui s’y créent : il n’y a pas de culture du secret, que des projets ouverts. Si on résumait un FabLab, on pourrait retenir deux notions : c’est un wiki physique et une micro-usine locale et partagée. Les raisons de venir dans un FabLab sont nombreuses : créer, inventer, prototyper, façonner un objet unique, personnaliser, réparer, créer un objet non rentable… C’est aussi la possibilité d’adapter certaines choses à des besoins particuliers, ce qui peut être encore plus vrai dans une situation de handicap par exemple. »

Dans cette salle se tenait justement Clément, qui est en fauteuil roulant. Le ministre s’est très directement dirigé vers lui pour lui serrer la main, ce que Clément plus tard a avoué avoir trouvé un peu « médiatique » : « Il s’est tout de suite précipité sur le petit mec en fauteuil parce que FabLab ou pas FabLab ça fait toujours bien sur la photo de serrer la main à un gars handicapé. »

« La salle doit respirer le numérique »

C’est ce que la feuille de route transmise aux happy fews présents pour cette visite indiquait. L’affiche avec les comptes Facebook, Twitter et le slogan « créer, partager, participer » devait être mis en avant dans cette pièce. Dans cette salle se tenaient Olivier Gendrin (FabManager) à l’accueil comme d’habitude, Rafaëla qui imprimait quelque chose à la découpe vinyle, Jean-Yves et Adel et Clément, l’idée étant de valoriser aussi la dimension d’essaimage des FabLabs : Adel monte actuellement un FabLab dans le 14e arrondissement de Paris et Clément construit peu à peu le Limouzi Lab dans le Limousin.

Salle Léonard de Vinci : « les objets augmentés, la fusion entre matière et numérique »

Dans cette salle, l’objectif était de présenter la manière dont la libération de données numériques permet de faire de nouveaux objets ou de nouvelles applications. Le discours portait sur « la notion d’objets augmentées, l’idée d’ajouter de la valeur à l’objet physique par l’information numérique. »
Kora était présente avec d’autres pour présenter un projet d’application directement issu des données rendues accessibles par la Maire de Paris sur l’emplacement des toilettes publics : The place to pee était donc projeté sur le mur pour expliquer la manière dont les usagers de cette appli peuvent à tout moment rejoindre les toilettes les plus proches, qui peuvent être notées et appréciées par d’autres usagers.
Un autre projet, conçu par les étudiants de la licence pro que tiennent Emmanuelle et Laurent s’appelle l’arbre à LED et était également présenté. Les LED s’allument en fonction de la récurrence de certains mots sur Twitter, à partir d’un petit programme conçu sur Arduino.

« Les FabLabs sont nés des travaux de Neil Gershenfeld au MIT à Boston sur la fusion entre matière et numérique. Les données numériques se libèrent (on parle d’open data) et ces données permettent d’imaginer de nouveaux services. Les objets rematérialisent les données, s’augmentent et s’enrichissent. Un nouvel écosystème est en train de naître qui mêle savoir-faire traditionnels comme industriels et services numériques. Tout cela est rendu aussi possible par l’accessibilité de l’open hardware, c’est à dire l’open source appliqué à l’objet. La carte Arduino en est un exemple. Dans un FabLab, on passe dans un nouveau rapport à la création d’objet, comme lorsque nous sommes passés de la photo argentique à la photo numérique : il y a une dimension essai-erreur qui est immédiate. Le prototypage rapide facilite cela et permet d’oser essayer. »

IMG_0931

IMG_0921

Salle Gutenberg : « ici, on passe du fichier à l’objet, à la manoeuvre »

Dans la salle où se trouve la découpeuse laser, différents prototypes étaient montrés, choisis pour illustrer trois tendances possibles : « réparer, créer, ou personnaliser ». La question de montrer des objets « qui ont du sens » plutôt que des « gadgets » a été fortement appuyée par Emmanuelle, qui a bien précisé sa volonté de faire la démonstration avec des objets du quotidien :

« Au FabLab, on s’échange des fichiers comme des recettes de cuisine. Mais à quoi nous serviraient toutes ces recettes ? Nous avons besoin de créer des cuisines numériques et donner accès aux outils de production jusque là réservés aux professionnels. C’est le même potentiel de créativité et de nouveaux modèles que ce que l’on a pu observer avec la naissance du web. »

Salle Scurius Vulgaris : « ah non, on n’emmène pas le ministre dans la réserve »

Dans cette salle où sont stockés des objets en vracs et quelques outils encombrants, pas d’arrêt pendant la visite, donc.

IMG_0943

Salle Niépce : « comprendre que dans un FabLab on ne fait pas que de l’électronique »

Cette salle est prévue initialement pour la chimie mais a été transformée par les usagers du FacLab en salle de couture. Plusieurs machines à coudre sont donc installées, ainsi que le projet de Josiane, reproduction d’un costume d’époque de Gustave III de Suède. Avec Adel, ils ont piqué des LED dans les boutons de la veste du costume.

« Dans un FabLab, on redonne leurs lettres de noblesses aux savoir-faire. Il y a une nécessité de préserver et transmettre ces compétences. La question derrière tout ça pourrait être : comment créer des vêtements augmentés ou intelligents sans savoir coudre ? »

IMG_0810

Salle Erasme : « ne pas savoir coder, c’est être illettré »

C’est une salle de cours qui sera bientôt réaménagée pour accueillir « les diplômes pour accompagner la naissance des nouveaux métiers du numérique ». La visite de cette salle a été l’occasion de parler de ces diplômes qui seront bientôt lancés et de l’importance d’intégrer les pratiques numériques et la fabrication numérique personnelle dès le plus jeune âge.

« Aujourd’hui, cette salle est transformée pour accueillir des imprimantes 3D dans toutes leurs diversités. L’open source appliqué à l’objet permet d’innover collaborativement, en cycle très rapide. On avait envie aujourd’hui de vous présenter un cas concret du potentiel de l’open hardware. Les imprimantes 3D sont connues depuis longtemps et bien entendu sont plus sérieuses que ce que vous verrez ici, mais voici la diversité de projets, de modèles, d’envies apportées par une technologie libérée par son inventeur. C’est à peu près la même chose qui s’est produit avec Tim Berners-Lee quand il a libéré le html. Souvenez-vous, nous autres ne faisions rien de sérieux avec nos lignes de codes, rien que le monde du logiciel ne savait faire en mieux ! Pourtant le html a permis la naissance du web, de ses services, des réseaux sociaux, et de nouveaux métiers. Comme les premiers webmasters ont été rapidement nécessaire, deux métiers sont essentiels aujourd’hui : artisan 2.0, et FabManager. D’où la volonté de l’université de Cergy-Pontoise de proposer trois diplômes pour accompagner les professionnels en activité. »

Dans cette salle se trouvaient Julien (avec son imprimante designée par ses soins), Dai (qui est en train de finir la sienne sur le modèle de celle d’Henri), Ilyès (le plus jeune du FacLab, qui a séché l’école pour pouvoir faire à Jean-Marc Ayrault la démonstration de la MakerBot Thing-o-Matic) et Emmanuel Gilloz (pour sa célèbre FoldaRap)

8517466501_13dcd286d8_bEmmanuel Gilloz présente la FoldaRap
Crédit photo : Ophelia Noor

Ilyes AyraultIlyes (13 ans) est le plus jeune usager régulier du FacLab. Sur cette photo, il explique à Jean-Marc Ayrault le fonctionnement de la MakerBot.

Suite à la visite du FacLab et en conclusion du séminaire gouvernemental sur le numérique, le premier ministre a fait un discours dans l’amphi de la fac.
Dans le texte officiel issu de ce séminaire gouvernemental, l’expression “détournement créatif” a été choisie par le gouvernement pour qualifier une pratique permettant de « favoriser des usages innovants ». Comme le fait très justement remarquer Sabine Blanc dans son article publié sur Ouishare.net, c’est peut-être une façon de parler sans trop se brûler les lèvres de « hacking », terme qui pourrait faire frémir les sphères gouvernementales.


8517466693_9177f570a2_b
Crédit photo : Ophelia Noor

 

_______________________________________________________________________________________

Extrait du texte issu du séminaire gouvernemental du 28 février :

Développer les Espaces Publics Numériques (EPN) pour faciliter l’accès aux outils numériques (Mesure n° 10)

Les FabLabs sont des ateliers de fabrication numérique qui fonctionnent sur un mode collaboratif et mettent à disposition de leurs utilisateurs des machines (découpe laser, fraiseuses, imprimantes sur vinyles, imprimantes 3D, machines à coudre, réalisation de circuits imprimés etc.), des outils, des matériels et des compétences pour :

  • Maîtriser les innovations numériques issues des nouveaux procédés de fabrication et permettre aux usagers de produire de nouveaux objets ;
  • Permettre le “détournement créatif” des matériels et d’outils numériques existants et l’adaptation vers des usages innovants ;
  • Connaître les procédures de réparation des outils numériques (dont les outils électroménagers) pour répondre aux besoins des populations en difficulté.

Les FabLabs stimulent la créativité, la coopération, l’échange de savoirs et de savoir-faire. Ils constituent donc des lieux d’accès public aux technologies numériques ainsi que des espaces d’éducation scientifique et technique grâce à des démarches concrètes d’acquisition de compétences (mise en oeuvre, autoproduction, autoformation accompagnée…). Une trentaine de FabLabs ont déjà ouvert leurs portes en France. Ces lieux viennent compléter l’offre des Espaces Publics Numériques (EPN).

La France dispose en effet aujourd’hui d’un réseau d’environ 5 000 Espaces Publics Numériques (EPN) répartis sur le territoire et financés par les collectivités territoriales. Ces EPN disposent d’un ou plusieurs animateurs multimédias dont la mission est d’accompagner les citoyens pour les aider à maîtriser les outils et services de l’Internet et plus largement les technologies numériques. Ce sont aussi des lieux qui développent la vie locale avec les citoyens, les élus, les écoles et les entreprises.

L’objectif du Gouvernement est de faire de ces lieux un espace d’appropriation du numérique où trouver des conseils et des outils pratiques. Les collectivités locales, qui financent ces espaces, joueront un rôle majeur pour les adapter aux besoins de leurs territoires.