Séminaire de recherche doctorale n°1 : « Explorer un champ entre accident et aventure »

Noisebridge - San Francisco
Noisebridge – San Francisco

Le premier rendez-vous du séminaire de recherche doctorale consacré aux méthodes et outils numériques dans la recherche en art et design s’est tenu mercredi 20 novembre 2013 dans les locaux de Rennes 2. L’objectif de ce séminaire est de donner l’occasion aux doctorants d’exposer la manière dont ils opèrent chacun en fonction de la nature de leur objet de recherche et la spécificité de leur terrain d’enquête.

 Quatre rendez-vous sont programmés pour l’année 2013-2014 :

Séminaire 1 : Explorer un champ entre accident et aventure. De la récolte de données à leur mise en forme en vue de leur analyse. Quelles méthodes ? Quels outils ?

Séminaire 2 : Quand les outils d’analyse nous permettent d’anticiper l’exploration d’un corpus ou d’un domaine. (janvier-février)

Séminaire 3 : Concevoir et développer un outil qui instaure un champ d’étude. (mars-avril)

Séminaire 4 : Innover en design numérique pour répondre à la demande des chercheurs en ALL-SHS (mai-juin)

Camille Bosqué a inauguré ce séminaire en exposant sa méthode de travail concernant le sujet très en vogue et aussi en perpétuelle évolution que sont les FabLabs, hackerspaces et makerspaces. Voici un compte rendu à partir de mes notes personnelles :

La recherche s’inscrit dans le champ du design et de l’esthétique. Elle a naturellement pris la forme d’une enquête. Bien que les informations de tous types soient disponibles sur le réseau Internet, il est indispensable de voyager, d’aller sur place et de séjourner dans ces lieux que sont les makerspaces et autres FabLabs et qui constituent l’objet de la recherche de Camille. Le terrain n’est donc pas un simple laboratoire, mais une multitude de lieux qui se réclament le plus souvent d’une forme de label ou d’appartenance à un réseau (celui du MIT) et suivent plus ou moins à la lettre la charte.

En une année d’enquête, Camille a donc visité près d’une vingtaine de lieux et d’événements. Cela peut paraître dérisoire si on s’arrête un instant sur la liste des FabLabs officiels, mais elle a acquis une connaissance du terrain extrêmement précieuse. Si elle n’a pas échappé aux traditionnels pas de danse équivoques du chercheur devant « avancer masqué » ou bien œuvrer à visage découvert (ce qui vaudra certainement de très belles pages de récit et d’analyse épistémologique dans sa thèse), Camille Bosqué a rapporté de son Grand Tour des documents de première main qui appartiennent à la catégorie des hupomnêmata  : listes d’information, enregistrements sonores, séries photographiques, collection de dessins, recueil de récits et de comptes rendus.

NB atelier

Pour cela, elle a constitué au fur et à mesure de ses déplacements une boîte à outils qui lui a permis d’être spontanée et réflexive et de pouvoir travailler sur le vif et dans l’après-coup.

Camille Bosqué n’a curieusement pas cédé aux sirènes de la statistique, du traitement informatique de l’information et de la visualisation de données qui lui auraient permis d’avoir une cartographie assez succincte de son objet d’étude. Comme ces personnes que l’on voit sur ses photographies ou ses dessins, elle a passé beaucoup du temps à élaborer et à paramétrer ses outils en exploitant des plates-formes ou des logiciels déjà existants : entre les mains de Camille, un Tumblr devient un carnet de recherche très pointu, et Adobe Illustrator un inattendu outil de création de base de données prenant la forme d’une grille.

Cette méthodologie créative lui a ainsi permis de quadriller et de “domestiquer” en quelque sorte un terrain extrêmement mouvant et dynamique.

Aperçu de la base de données
Aperçu de la base de données

Une publication aux éditions Présent Composé reprendra l’ensemble des communications et des documents présentés lors des quatre séances.

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts