Le Lab016 : concevoir des robots opérateurs en art

Jürg Lehni, Hektor, 2003 (Suitcase)
Jürg Lehni, Hektor, 2003 (Suitcase)

Y’a-t-il vraiment mille et une façons pour des artistes d’investir la ville numérique ?

Au-delà des big data, des données ouvertes et de la prolifération des applications cartographiques patrimoniales et culturelles, cette interrogation majeure pour des acteurs du monde de l’art croise deux autres questions propres à la recherche en art : quelle est la place de l’artiste dans la société et celle de ses productions dans l’espace public ? Quelle est la fonction d’un atelier de création numérique au sein de l’université et plus précisément dans un département arts ?

Depuis 2012, les masters Arts et Technologies Numériques et Création Multimédia et Management de l’université Rennes 2 ont intégré dans leur cursus pédagogique l’apprentissage de la programmation orientée art et design (Processing) et la prise en main des modules open-source de type Arduino.

Ces enseignements, assurés cette année par Laurent Mattlé, Robin de Mourat et Camille Bosqué, sont le pendant des recherches actuelles conduites au sein du laboratoire Arts par l’axe L’œuvre et l’imaginaire à l’ère du numérique (OIN) où les questions de programmation et de design sont devenues essentielles dans l’élaboration d’outils de traitement et d’analyse de données.

A l’heure des humanités numériques, il nous paraît également important de contribuer au débat concernant la place de l’artiste dans la société et  l’incidence de ses productions.

Si « l’art numérique » semble aller de soi dans le langage courant, il n’en demeure pas moins que cette catégorie, tendance et innovante en apparence, fait partie de ces catégories fabriquées à la hâte qui relève d’une facilité d’accoler le mot « art » à une discipline ou un médium. Cette facilité peut certes se justifier aujourd’hui avec la « googlisation » du savoir, mais elle ne doit pas être une démission de la science au profit de la recherche de visibilité et de notoriété qui passe désormais pour le plus grand nombre par Pagerank.

A Rennes 2, nous sommes héritiers de l’histoire des arts et des médias telle qu’elle s’est scientifiquement écrite en France depuis les années 1980 notamment à Paris 1 avec Anne-Marie Duguet et à Paris 8 avec Jean-Louis Boissier. Il nous semble important de comprendre pourquoi des artistes s’emparent des technologies numériques, ce qu’ils font avec, et quelles redéfinitions cela entraine dans le champ de l’art.

Il nous semble également important d’accompagner les jeunes artistes, celles et ceux qui se forment à l’université, qui viennent de différentes disciplines (école d’art, sciences de l’information, arts plastiques, musique, etc.). Ces jeunes artistes doivent répondre à leur manière à la question de la place de l’artiste dans la société et de ses productions dans l’espace public.

L’atelier de création numérique (Lab016) doit être le cadre de cette réflexion ouverte et de pratiques qui concernent la conduite d’expérimentations et la production de formes et de propositions artistiques.

Dans le contexte de la ville numérique (et du projet DataPolis), la forme la plus adéquate à investir nous paraît être celle du robot car elle interpelle immédiatement l’imaginaire de tout à chacun, même si pour mémoire « Robot » vient du tchèque robota qui signifie travail forcé, corvée…

Le robot nous paraît être à la croisée de plusieurs préoccupations contemporaines car il répond à la logique de l’automatisation des tâches, à la fabrication de données, à leur traitement et analyse, ainsi qu’à leurs mises en réseau.

Il est d’ailleurs très frappant de constater que la rencontre, cette année, entre Hugues Aubain (FabLab de Rennes) et Thomas Meghe, étudiant en master ATN, a conduit au hack d’un robot : http://thomasmeghe.fr/blog/2013/05/13/tweetosapien/

Thomas Meghe, Tweetosapien : Twitter Robosapien Arduino hack, 2013
Thomas Meghe, Tweetosapien : Twitter Robosapien Arduino hack, 2013

 

Lors de son cursus en master Pro CMM en 2012-2013, Terry Valson a également conçu un robot peintre en croisant l’héritage de l’art cinétique et le très en vogue phénomène du Light Painting.

Cliquer sur l'image pour consulter le projet de Terry Valson
Cliquer sur l’image pour consulter le projet de Terry Valson

Au sein du Lab016 et du département arts, nous souhaitons prolonger la réflexion sur le robot en tant qu’opérateur en art dans l’espace public, c’est-à-dire en tant qu’objet programmé capable d’exécuter un geste ou une procédure qui relève d’une décision artistique.

En termes de références, nous pensons en premier lieu et de manière non exhaustive à :

K456 le premier de Nam June Paik  (1965) ; en 1971, à l’occasion d’une exposition à NY, Nam June Paik organisa le premier accident entre un robot (K456) et une voiture (un taxi).

Nam June Paik, K456, 1965
Nam June Paik, K456, 1965

Petit Mal de Simon Penny (1989);

Simon Penny, Petit Mal, 1989
Simon Penny, Petit Mal, 1989

–  Paparazzi de Malachi Farrell (2000).

Malachi Farrell, Paparazzi, 2000
Malachi Farrell, Paparazzi, 2000

Hektor de Jürg Lehni (2002)

Jürg Lehni, Hektor, 2003
Jürg Lehni, Hektor, 2003

Fight Club de Stéphane Sautour (2002)

Stéphane Sautour, Fight Club, 2002
Stéphane Sautour, Fight Club, 2002

 

Aussi la fonction que nous souhaitons assigner à l’atelier de création numérique de Rennes 2, le LAB016, consiste en la conception de robots opérateurs en art dans l’espace public.

Ces activités, dont nous ne manquerons pas de rendre compte par le biais de publication de billets, vont s’appuyer sur le programme d’enseignement des masters ATN et CMM, mais elles vont être également soutenues par une collaboration avec le Master TEF (Technologies dans l’enseignement et la formation) de Rennes 2 et la ville de Rennes. Dans le cadre de son stage et de la rédaction d’un mémoire, un étudiant du master 2 TEF (Arthur Giguellay) aura pour mission d’observer les activités et de contribuer à l’intégration du LAB016 dans le réseau étendu des LabFab.

 

Autres références :

Rodney Brooks : Ants project (MIT) : http://www.ai.mit.edu/projects/ants/

Mark Thorpe : Robot Wars (1995)

Norman White : Helpless Robot (1987)

 

Ressources : 

Tutoriel : Comment faire votre premier robot en utilisant une Arduino

YouTube : R.Damil : un mini robot Arduino très simple, monté en moins d’une heure.

Consulter le Scoop It de DataPolis : http://www.scoop.it/t/datapolis

 

Ressources textuelles :

Texte de Rodney Brooks :  Fast, Cheap and Out of Control: a Robot Invasion of the Solar System (1989)

2006 : Exposition Smile Machines (curator : Anne-Marie Duguet) : L’humour n’est pas drôle

ISEA 2011 Istambul : Sign of life : human-Robot Intersubjectivities (Simon Penny, Anne-Marie Duguet, John Tonkin)

 

 

Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

THATCamp Day 2 : Fusion

IMG_1201

Nicolas Thély, Alexandre Serres et Olivier Ledeuff démarrent la journée par une non-conférence non-introductive pour présenter les ateliers qui ont été proposés par les participants depuis le site du THATCamp, et donner les grands objectifs et principes de ces quelques jours.
« On a évité les institutionnels, mais on n’évitera pas la non-conférence d’introduction », commencent-ils, avant de chausser des paires de lunettes orange fluo et d’annoncer qu’ils reviennent du futur « et que les nouvelles sont bonnes ». Bonnes, pas si sûr en fait. Dans ces quelques brèves lues à travers leurs verres fumés, ils nous informent par exemple qu' »en 2043, Pierre Mounier fait désormais partie du groupe Qatar Université », que la France a accumulé un tel retard sur la question des Humanités numériques que les chercheurs sont contraints à s’isoler dans les forêts pour se réunir autour de connexions Internet douteuses (ça sent le vécu). L’emprise d’Amazon sur les données ouvertes de Google Scholar pose question. Dans le monde qu’ils décrivent, la retraite a été supprimée pour les universitaires, condamnés à mourir pendant leurs cours.
C’était l’introduction. Ils retirent leurs lunettes de soleil et remettent leurs lunettes de vue : le THATCamp peut officiellement commencer. Dans la salle, nous sommes une grosse soixantaine. En une nuit notre nombre a doublé.

« Est-ce que fusionner c’est diluer ? »

De la quantité d’ateliers proposés par les participants, 17 sont finalement retenus, après des discussions collectives sur la manière dont certains thèmes peuvent ou ne peuvent pas se croiser sur des créneaux partagés.
Les propositions se détachent selon quelques grandes directions, que l’un de nous a tenté de formuler et énonce en prenant le micro :
– la communauté Humanités numériques : reprendre le wikipédia pour définir de quoi il s’agit, s’interroger sur le réseau…
– le rôle du design et la visualisation de données
– le métier de la recherche en humanités numériques : les coulisses des données, des exemples d’usages d’outils et des partages d’expériences
– les éditions électroniques : les travaux de Bruno Latour, le rapport image/texte/standardisation
– open data et open access

 Le programme est donc fixé pour demain et même s’il peut encore être modifié, il rassemble la fusion de plusieurs pistes.

Alexis Chazard a proposé un atelier qui est rapidement devenu une discussion collective. Paul Girard du Media Lab de Sciences Po est notamment présent, et en profite pour présenter quelques travaux menés par l’équipe de Bruno Latour. Dans la tradition du THATCamp, les ateliers sont pris en note collectivement avec un Pad. Ces notes seront réécrites dimanche lors du booksprint final qui visera à produire les non-actes du colloque dans un format collaboratif, publiés sur un site d’OpenEdition.

Capture d’écran 2013-10-18 à 14.29.12

IMG_1213

Morceaux choisis sur le Pad, donc :

TITRE : Design et outils sémantiques, définir, identifier, qualifier les relations
Chapô ou résumé (à rewriter) De la visualisation de données, où les outils sémantiques servent le travail d’organisation de l’information, à la structuration même du web sémantique, par le design d’ingénieries logicielles et de langages, les croisements qu’opèrent dispositifs de traitement de données sémantisées et design dénotent une dynamique. Est-elle organique ? Chacun opère sur l’autre une modification… nécessaire ? Une évolution conjointe ? Nous vous proposons un atelier pour interroger les besoins, ceux des SHS et de la documentation nous paraissant à ce titre exemplaires, afin de dégager des pistes pour une recherche en design sur les outils sémantiques.
 
Définir, identifier
Ouvrage qui circule : Rouffineau Gilles (dir.), Transmettre l’histoire, Paris, B42/Valence, Esad Grenoble – Valence, 2013, 231 pages. Ouvrage publié à la suite de journées d’étude.
Les influences du design sur les outils sémantiques : passage de web sémantique à « outils sémantiques » ?
web sémantique : corpus de standards, d’outils, de langages, qui ont pour but de mettre en relation. 
outils sémantiques : d’autres choses au-delà du web sémantique. 
Une définition des outils sémantiques : « Comment faire comprendre un texte en langage humain à des machines ? » est donnée.
 
Exemples dans la visualisation de données ?
Les outils sémantiques servent le design. Et réciproquement.
Échanges de besoins et des projets ?
 
 : sortes de tables des matières numériques, plans de sites, 
Notion de plan de site presque disparue. Utilisation actuelle proche des tables de matières traditionnelles, pour les sites internet.
 
Cartographie des contenus. Publication en cours d’une édition qui parle de la table des matières. (LipSIS, Paris 6 Jean-Gabriel Ganascia) laboratoire en sciences cognitives. 
Comparaison entre table des matières et une manière de visualiser les données
Des listes ordonnées qui génèrent des cartes, automatisées sur un modèle sémantique. Projet en cours.
 
Cartes produites par des dispositifs d’analyse de contenu.
Cartographie dynamique. Iles, tâches centrées à partir de mots.
 
Yann Alary : les choix de formats dans l’archivage du contenu issu du web.
typlogie des différents documents. Cf. http://yannalary.com/datArchive/
Corpus de différents documents archivés, en ligne. Listes, tags, différents accès à ces documents. Utilisation de la TEI.
Articuler les données entre elles.
Imaginer les liens qu’il peut y avoir entre l’édition imprimée et le web
Robin évoque le travail de Moritz Stefaner : http://moritz.stefaner.eu/projects/relation-browser/ – une interface élégante mais surtout de l’ordre de la lecture
Principe de graphe présenté habituellement dans la représentation de web sémantique n’est pas pertinent, spécialement en SHS pour Emmanuel Chateau.
Pertinent : Produire des outils qui se reconfigurent en fonction des besoins des utilisateurs.
 
Volonté d’aller plus loin que Gephi dans l’exploration des relations. // Visuel de Graphing the history of philosophy via le rétroprojeteur (probablement graphe produit par Gephi).
Questionnement autour du lien design et contenu intelligent : comment aller plus loin que la description, aller au delà des jolies interfaces.

IMG_1247

Association francophone des Humanités numériques et Mini Wikihouse

L’après-midi est consacrée à la mise en place et à la discussion autour de l’association francophone des Humanités numériques qui sera bientôt créée. Certains sont en ligne par Skype depuis le Canada ou la Belgique. Les débats portent principalement sur le cadre juridique et les actions souhaitées et prévues dans ce cadre. Je m’installe dans un coin. Je prends des notes. Je dessine.

David-Olivier Lartigaud et Johann Aussage de Saint Etienne sont arrivés dans l’après-midi et ont investi le hall aux côtés de Thomas Meghe et des imprimantes 3D rennaises. Ils ont apporté avec eux de quoi construire une petite Wikihouse en medium fin découpé à la laser.
J’ai désormais le début d’une collection de photos thématiques puisque j’ai déjà en stock des images prises lors du OuiShare Fest de la construction d’une Wikihouse, cette fois-ci échelle 1. Johann faisait aussi partie de l’équipe puisqu’elle avait été découpée à La Nouvelle Fabrique du CentQuatre.

IMG_1234

Sur la table également, David-Olivier a disposé quelques pièces imprimées du Lego Universal Building Set, qui permet d’adapter n’importe quelle pièce de Lego avec d’autres types de jouet. Elles ont été imprimées en frittage de poudre. Il semble que cela soit trop fragile pour pouvoir effectivement les enfiler sur des pièces de Lego existantes.

Pendant que les débats de la grande salle sont retransmis dans toutes les pièces du château, les imprimantes 3D tournent et produisent leurs petits sons habituels dans l’entrée et l’équipe de Saint Etienne s’affaire au montage des éléments en kit de la maison : « Finalement, c’est presque plus facile à taille réelle ! »

IMG_1222

 

THATCamp Day 1 : BootCamp

IMG_1194

Premier jour : tout le monde n’est pas encore là mais nous sommes déjà une trentaine venus des quatre coins de la France à commencer à faire connaissance. Le ThatCamp de Saint Malo se tient du 16 au 20 octobre 2013 à Saint Malo au Château de la Briantais. L’endroit est magnifique, les jardins sont immenses et le soleil est de la partie, qui rend les retrouvailles et les quelques minutes d’attente pour prendre la navette depuis la gare de Saint Malo bien agréables.

Cette « non-conférence » sur les Humanités numériques est la troisième en France. Bien que le programme ne soit pas préalablement établi et reste très ouvert, le THATCamp Saint-Malo 2013  a pour ambition cette année de rassembler pour la première fois les communautés des arts et du design concernées par les humanités numériques (conception de programme, design d’interface, design d’information, cartographie).

Quelques éléments fondateurs déjà postés précédemment sur le blog officiel du THATCamp :
“Un ThatCamp – The Humanities and Technology Camp – est une rencontre qui permet aux acteurs de la recherche en sciences humaines et sociales utilisant des technologies numériques de partager informations, idées, solutions et savoir-faire autour de leurs pratiques. Les ThatCamps sont organisés par les participants eux-mêmes. Le programme n’est pas établi à l’avance mais construit directement sur place. Un ThatCamp n’est pas constitué de conférences ex- cathedra mais prend la forme d’ateliers, où tous les participants sont invités à partager leurs connaissances.” Pierre Mounier, 12 juin 2012.

L’équipe organisatrice est composée pour cette édition de Nicolas Thély, professeur en esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2, d’Alexandre Serres, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et co-responsable de l’Urfist de Rennes, Erwan Mahé, responsable du laboratoire Design et Pratiques Numériques de l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne, Guillaume Pinard, artiste et professeur à l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne et Olivier Le Deuff, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à Bordeaux 3.

Capture d’écran 2013-10-17 à 12.22.26

« On fait chauffer la box Internet »

 Malgré une connexion Internet capricieuse, le jeudi matin était consacré à une formation à Processing, assurée par Robin de Mourat, designer d’interface doctorant en première année à l’université Rennes 2, sous la direction de Nicolas Thély.
Ce langage et cet environnement ont été imaginés en 2001 par Casey Reas et Ben Fry, deux artistes et designers américains.  C’est un projet libre qui a très rapidement connu une écoute enthousiaste dans le champ de l’art et du graphisme. Fondé sur une adaptation du langage Java, Processing est un langage qui propose de produire des formes graphiques à partir de textes.

L’objectif de cet atelier était de présenter l’environnement de développement de Processing et ses possibilités. Robin nous a fait passer par différentes étapes pour nous familiariser avec les principales notions de la programmation informatique en concluant sur l’apport de ce langage dans le champ de la recherche en SHS : visualisation, etc.
Les slides de ses cours sont disponibles en ligne.

« Je commence par ça parce que ça n’a aucun rapport : moi au départ je fais du grec ancien. »

Cette phrase est d’Aurélien Berra, qui assure la présentation de l’après-midi, sur la plateforme Hypotheses et c’est ainsi qu’il se présente avant de démarrer son atelier. Après un rapide tour de table, on réalise que les profils, les intérêts et les attentes sont tout aussi variés.
Le carnet de recherche fait désormais partie de la panoplie des chercheurs en SHS. Dans sa présentation, Aurélien nous a fait connaître différents blogs et usages de blogs dans diverses disciplines qui mettent en jeu des formes de publications scientifiques ouvertes, collaboratives ou quotidiennes. Autour de la table, certains sont très familiers de WordPress et de ce type d’interfaces. D’autres connaissent moins et sont curieux des fonctions mêmes basiques de ce qu’Aurélien nous présente comme « une plateforme, un réseau plutôt que des simples blogs ». Dans les coins, on formule quelques réserves sur l’esthétique de la sélection de thèmes retenus pour Hypotheses, qui n’offre selon eux que peu de marge de modification et assez peu de liberté. L’unité et la fiabilité semble être la règle qui explique ce paramétrage.
J’explique à Aurélien qu’en commençant ma thèse il y a un an j’avais ouvert un carnet de recherche sur Hypotheses pour le fermer assez rapidement, me sentant plus décomplexée et plus libre sur un basique Tumblr, qui me sert aujourd’hui de blog de recherche et sur lequel je rends compe depuis un an de mes enquêtes de terrain, voyages, rencontres et bifurcations. Aurélien en entendant cela réplique que c’est en fait un argument qu’ils entendent souvent de la part d’une jeune génération de chercheurs – encore rares – qui connaît très bien Hypotheses et qui trouve cela peut-être paradoxalement trop institutionnalisé, trop sérieux ou trop réputé pour « oser » y poster des billets quotidiens.

IMG_1224

Dans le hall, le « FabLab » est installé, avec Laurent Flamand et Thomas Meghe autour de quelques imprimantes 3D. L’une est encore en réglage et l’autre imprime déjà quelques pièces, dont des petits éléments pour caler et soutenir les cartes Arduino.
Cet atelier sera là pendant toute la durée du ThatCamp, dans l’entrée du château.

Le soir, nous nous retrouvons à quelques uns pour dîner en ville. Lors de notre promenade sur les remparts nous croisons Alexis Chazard, enseignant en design graphique et numérique aux Beaux-Arts de Valence qui est arrivé dans la journée. L’un des aspects les plus plaisants du ThatCamp consistera probablement à poursuivre les discussions de la journée le soir sur la promenade du bord de mer !
Au dîner, sans surprise, toutes les discussions portent sur les bases de données. Robin et moi partageons le dîner avec Stéphane Pouyllau, ingénieur de recherche au CNRS spécialisé en Humanités numériques et co-directeur de la plateforme de recherche Isidore.
Nous parlons de la manière dont nous envisageons nos thèse, et il nous raconte (entre autres choses) que quand il était en DEA il avait comme partenaire de bureau quelqu’un dont l’espace de travail était une forteresse très protégée, très close, entourée de grands classeurs placés en arc de cercle au milieu duquel il travaillait reclus, refusant de partager ses documents et ses cartes. Stéphane Pouyllau conclut en précisant que cela lui paraissait (« déjà à l’époque ») ridicule et absurde. Nous partageons son avis.

Nous rencontrons également Antoine Courtin, qui est en charge notamment de l’organisation du prochain Muséomix qui aura lieu à Nantes dans trois semaines. Les discussions tournent sur assez vite sur l’open data culturel et notamment le hackathon organisé la semaine prochaine à Paris par le Ministère de la Culture.