Le programme de la JE Capta & Data : Esthétiques des données en SHS

captaLe mardi 2 avril se tiendra à l’université Rennes 2, la première journée d’étude organisée par l’équipe APP consacrée aux conditions de fabrication des données en SHS. Elle réunira des chercheurs impliqués dans le champ des humanités numériques. Cette journée sera suivie  d’une conférence de Pierre Mounier.

 

Présentation.

La cartographie, la visualisation de données et la réalité augmentée manifestent un regain d’intérêt pour le traitement des données dans le champ des SHS. Pour autant, toutes les disciplines ne sont pas affectées de la même manière et les chercheurs qui expérimentent aujourd’hui ces outils numériques se reconnaissent désormais sous la dénomination Digital Humanities, que l’on peut traduire approximativement en français par Humanités Numériques.

Dans le cadre de cette journée d’étude organisée par l’axe transversal L’Œuvre et l’imaginaire à l’ère numérique de l’équipe Arts : Pratiques et Poétiques, une attention particulière est portée aux enjeux esthétiques du traitement des données dans la conduite de la recherche en SHS. Face au phénomène du déluge de données (Big data) et à l’exigence démocratique de l’Open Data, il s’agit en effet de mettre en lumière les pratiques et les questionnements scientifiques liés à la production de nouvelles connaissances et à leur mode de représentation : comment les chercheurs en SHS constituent-ils leurs propres jeux de données ? Ont-ils recours à des algorithmes spécialement programmés ? Conçoivent-ils des dispositifs de captation particuliers ? Quels logiciels utilisent-ils ? Comment restituent-ils leurs analyses ? Quels types de nouvelles collaborations scientifiques et techniques ce nouveau mode de recherche crée-t-il ?

 

 

Programme

 

Matinée

9h45 – accueil des participants

 

10h00 : ouverture de la journée

Nicolas Thély (Professeur en arts, esthétique et humanités numériques, APP, Rennes 2)

Appareils et enregistrements numériques

 

10h15

Fabienne Moreau (Maître de conférences en Informatique, IRISA, TexMex, Rennes 1)

Principes et enjeux de l’extraction des données

 

10h45

Martine Cocaud (Maître de conférences en Histoire, CERHIO, Rennes 2) et Jacques Cellier (Agrégé de mathématiques)

Le traitement des données en histoire

 

11h15

Pause café

 

11h30

Jean-Christophe Plantin (Docteur en sciences de l’information et de la communication, Laboratoire Costech, Université de Technologie de Compiègne,)

De la donnée numérique à son traitement visuel: extraction, rectification, visualisation

 

Discussion et pause déjeuner

 

Après midi

14h30

Virginie Pringuet (Doctorante en esthétiques et humanités numériques, APP, Rennes 2)

Atlasmuseum : conception d’un Atlas en ligne de l’art public

 

15h00

Hélène Bailleul (Maître de conférences en Aménagement-Urbanisme, UMR ESO, Rennes 2)

Corpus d’images pour l’analyse de la communication des projets d’aménagement : collecte en situation et « carrière » des images.

 

15h30

Pause

 

15h45

Marion Hohlfeldt (Maître de conférences en Histoire de l’art, APP, Rennes 2)

De la reconstruction à la recréation. Le GRAV à l’exposition.

 

16h30

Présentation de travaux d’étudiants inscrits en Master Arts et Technologies Numériques

 

17h00

Conclusion de la journée d’étude

 

La journée d’étude sera suivie d’une conférence de Pierre Mounier dans le cadre des séminaires communs du Master ARTS de l’université Rennes 2

 

Conférence Séminaire Master ARTS

18h15, salle B 019

Pierre Mounier (ingénieur d’études à l’EHESS et co-directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte)

Introduction aux humanités numériques

 

Renseignements pratiques

Mardi 2 avril 2013

Lieu : Université Rennes 2, Campus Villejean, Place du recteur Henri Le Moal, Rennes

Batiment B, salle B332

Matin : 9h-13h – salle B 332

Après-midi : 14h-17h – salle B 332

 

+ Conférence Master ARTS

Pierre Mounier : introduction aux humanités numériques (18h15, salle B 019)

 

Accès : Métro Villejean-Université

Plan du campus : http://bit.ly/10UmZLY

Secrétariat de la cellule recherche ALC : Nelly Brégeault-Krembser
02 99 14 15 04  /  nelly.bregeault@univ-rennes2.fr

Contact : nicolas.thely@univ-rennes2.fr

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

Le FacLab de Cergy-Pontoise, terrain du « détournement créatif »

Jean-Marc Ayrault, premier ministre, Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche et Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’innovation et à l’économie numérique ont visité le FacLab dans la matinée du 28 février, suite à un séminaire gouvernemental sur le numérique qui s’est tenu à l’université de Cergy-Pontoise, qui abrite le FacLab.

ophelia noor1Crédit photo : Ophelia Noor

Le modèle du FacLab, premier FabLab français intégré dans une université, pourrait bien inspirer le futur FabLab de Rennes 2 qui se monte peu à peu sous l’impulsion de Thomas Meghe.
Cet évènement a été passionnant à vivre de l’intérieur : je suis actuellement en enquête de terrain au FacLab dans le cadre de ma thèse.
La préparation de cette visite officielle a créé une véritable effervescence dans le FacLab, chacun pendant une semaine finissant au maximum ses projets, tenus dans le secret de cette visite par les responsables de l’endroit. J’ai moi-même été sollicitée pour réaliser des affiches pour expliquer le fonctionnement des machines et du wiki du FacLab (qui permet de mettre en ligne les projets). J’ai aussi été chargée de faire des panneaux pour mettre en avant les comptes FacebookTwitter et le réseau international des FabLabs.
Le parcours des ministres devant durer trente minutes chrono, tout avait été programmé et Emmanuelle Roux et Laurent Ricard, les deux responsables fondateurs du lieu, nous ont présenté une feuille de route (un « brief ») avec des « éléments de langage » à respecter et les idées fortes qu’ils voulaient faire passer au gouvernement.
Cette rencontre avec la haute hiérarchie nationale a donc été l’occasion d’un résumé très synthétique des intentions de ceux qui ont fait exister ce lieu. Chacun de nous a été placé dans tel ou tel espace, faisant telle ou telle action pour montrer de manière efficace et plus ou moins naturelle différentes facettes des activités du Lab.
Voici un récapitulatif, salle par salle, des temps forts de la visite. C’est aussi l’occasion de rappeler que ces salles portent des noms chargés d’histoire : Homo Faber, Leonard De Vinci, Gutemberg, Niépce…

Salle Homo Faber : « un wiki physique et une micro-usine locale et partagée »

Cette salle est la première dans laquelle les visiteurs/futurs usagers rentrent quand ils visitent le FacLab. L’objectif était dès l’arrivée des ministres de « faire comprendre qu’un FabLab c’est la continuité de la culture numérique, en appuyant sur la notion de partage, de wiki physique, d’espace collaboratif ». La « visioconf » (c’est à dire la connexion live avec les FabLabs internationaux) a été valorisée pour appuyer l’idée d’une communauté à la fois « virtuelle » et physique.

IMG_0928

Emmanuelle Roux et Laurent Ricard ont tenu dès la première salle un discours calculé, malgré tout assez proche de ce qui est transmis aux visiteurs lors de la visite rituelle qui marque chaque nouvelle arrivée :
« Ici, on accueille tout le monde : ceux qui souhaitent passer d’une idée à un objet, ou juste découvrir un FabLab. C’est gratuit à condition de respecter trois conditions, qui sont les valeurs morales du lieu : participer, partager, documenter. Il n’y a pas d’usager, uniquement des cocréateurs. Le FabLab est un lieu de décloisonnement, d’innovation sociale et collaborative. C’est un lieu jamais fini, que chacun peut améliorer, tout comme les projets qui s’y créent : il n’y a pas de culture du secret, que des projets ouverts. Si on résumait un FabLab, on pourrait retenir deux notions : c’est un wiki physique et une micro-usine locale et partagée. Les raisons de venir dans un FabLab sont nombreuses : créer, inventer, prototyper, façonner un objet unique, personnaliser, réparer, créer un objet non rentable… C’est aussi la possibilité d’adapter certaines choses à des besoins particuliers, ce qui peut être encore plus vrai dans une situation de handicap par exemple. »

Dans cette salle se tenait justement Clément, qui est en fauteuil roulant. Le ministre s’est très directement dirigé vers lui pour lui serrer la main, ce que Clément plus tard a avoué avoir trouvé un peu « médiatique » : « Il s’est tout de suite précipité sur le petit mec en fauteuil parce que FabLab ou pas FabLab ça fait toujours bien sur la photo de serrer la main à un gars handicapé. »

« La salle doit respirer le numérique »

C’est ce que la feuille de route transmise aux happy fews présents pour cette visite indiquait. L’affiche avec les comptes Facebook, Twitter et le slogan « créer, partager, participer » devait être mis en avant dans cette pièce. Dans cette salle se tenaient Olivier Gendrin (FabManager) à l’accueil comme d’habitude, Rafaëla qui imprimait quelque chose à la découpe vinyle, Jean-Yves et Adel et Clément, l’idée étant de valoriser aussi la dimension d’essaimage des FabLabs : Adel monte actuellement un FabLab dans le 14e arrondissement de Paris et Clément construit peu à peu le Limouzi Lab dans le Limousin.

Salle Léonard de Vinci : « les objets augmentés, la fusion entre matière et numérique »

Dans cette salle, l’objectif était de présenter la manière dont la libération de données numériques permet de faire de nouveaux objets ou de nouvelles applications. Le discours portait sur « la notion d’objets augmentées, l’idée d’ajouter de la valeur à l’objet physique par l’information numérique. »
Kora était présente avec d’autres pour présenter un projet d’application directement issu des données rendues accessibles par la Maire de Paris sur l’emplacement des toilettes publics : The place to pee était donc projeté sur le mur pour expliquer la manière dont les usagers de cette appli peuvent à tout moment rejoindre les toilettes les plus proches, qui peuvent être notées et appréciées par d’autres usagers.
Un autre projet, conçu par les étudiants de la licence pro que tiennent Emmanuelle et Laurent s’appelle l’arbre à LED et était également présenté. Les LED s’allument en fonction de la récurrence de certains mots sur Twitter, à partir d’un petit programme conçu sur Arduino.

« Les FabLabs sont nés des travaux de Neil Gershenfeld au MIT à Boston sur la fusion entre matière et numérique. Les données numériques se libèrent (on parle d’open data) et ces données permettent d’imaginer de nouveaux services. Les objets rematérialisent les données, s’augmentent et s’enrichissent. Un nouvel écosystème est en train de naître qui mêle savoir-faire traditionnels comme industriels et services numériques. Tout cela est rendu aussi possible par l’accessibilité de l’open hardware, c’est à dire l’open source appliqué à l’objet. La carte Arduino en est un exemple. Dans un FabLab, on passe dans un nouveau rapport à la création d’objet, comme lorsque nous sommes passés de la photo argentique à la photo numérique : il y a une dimension essai-erreur qui est immédiate. Le prototypage rapide facilite cela et permet d’oser essayer. »

IMG_0931

IMG_0921

Salle Gutenberg : « ici, on passe du fichier à l’objet, à la manoeuvre »

Dans la salle où se trouve la découpeuse laser, différents prototypes étaient montrés, choisis pour illustrer trois tendances possibles : « réparer, créer, ou personnaliser ». La question de montrer des objets « qui ont du sens » plutôt que des « gadgets » a été fortement appuyée par Emmanuelle, qui a bien précisé sa volonté de faire la démonstration avec des objets du quotidien :

« Au FabLab, on s’échange des fichiers comme des recettes de cuisine. Mais à quoi nous serviraient toutes ces recettes ? Nous avons besoin de créer des cuisines numériques et donner accès aux outils de production jusque là réservés aux professionnels. C’est le même potentiel de créativité et de nouveaux modèles que ce que l’on a pu observer avec la naissance du web. »

Salle Scurius Vulgaris : « ah non, on n’emmène pas le ministre dans la réserve »

Dans cette salle où sont stockés des objets en vracs et quelques outils encombrants, pas d’arrêt pendant la visite, donc.

IMG_0943

Salle Niépce : « comprendre que dans un FabLab on ne fait pas que de l’électronique »

Cette salle est prévue initialement pour la chimie mais a été transformée par les usagers du FacLab en salle de couture. Plusieurs machines à coudre sont donc installées, ainsi que le projet de Josiane, reproduction d’un costume d’époque de Gustave III de Suède. Avec Adel, ils ont piqué des LED dans les boutons de la veste du costume.

« Dans un FabLab, on redonne leurs lettres de noblesses aux savoir-faire. Il y a une nécessité de préserver et transmettre ces compétences. La question derrière tout ça pourrait être : comment créer des vêtements augmentés ou intelligents sans savoir coudre ? »

IMG_0810

Salle Erasme : « ne pas savoir coder, c’est être illettré »

C’est une salle de cours qui sera bientôt réaménagée pour accueillir « les diplômes pour accompagner la naissance des nouveaux métiers du numérique ». La visite de cette salle a été l’occasion de parler de ces diplômes qui seront bientôt lancés et de l’importance d’intégrer les pratiques numériques et la fabrication numérique personnelle dès le plus jeune âge.

« Aujourd’hui, cette salle est transformée pour accueillir des imprimantes 3D dans toutes leurs diversités. L’open source appliqué à l’objet permet d’innover collaborativement, en cycle très rapide. On avait envie aujourd’hui de vous présenter un cas concret du potentiel de l’open hardware. Les imprimantes 3D sont connues depuis longtemps et bien entendu sont plus sérieuses que ce que vous verrez ici, mais voici la diversité de projets, de modèles, d’envies apportées par une technologie libérée par son inventeur. C’est à peu près la même chose qui s’est produit avec Tim Berners-Lee quand il a libéré le html. Souvenez-vous, nous autres ne faisions rien de sérieux avec nos lignes de codes, rien que le monde du logiciel ne savait faire en mieux ! Pourtant le html a permis la naissance du web, de ses services, des réseaux sociaux, et de nouveaux métiers. Comme les premiers webmasters ont été rapidement nécessaire, deux métiers sont essentiels aujourd’hui : artisan 2.0, et FabManager. D’où la volonté de l’université de Cergy-Pontoise de proposer trois diplômes pour accompagner les professionnels en activité. »

Dans cette salle se trouvaient Julien (avec son imprimante designée par ses soins), Dai (qui est en train de finir la sienne sur le modèle de celle d’Henri), Ilyès (le plus jeune du FacLab, qui a séché l’école pour pouvoir faire à Jean-Marc Ayrault la démonstration de la MakerBot Thing-o-Matic) et Emmanuel Gilloz (pour sa célèbre FoldaRap)

8517466501_13dcd286d8_bEmmanuel Gilloz présente la FoldaRap
Crédit photo : Ophelia Noor

Ilyes AyraultIlyes (13 ans) est le plus jeune usager régulier du FacLab. Sur cette photo, il explique à Jean-Marc Ayrault le fonctionnement de la MakerBot.

Suite à la visite du FacLab et en conclusion du séminaire gouvernemental sur le numérique, le premier ministre a fait un discours dans l’amphi de la fac.
Dans le texte officiel issu de ce séminaire gouvernemental, l’expression “détournement créatif” a été choisie par le gouvernement pour qualifier une pratique permettant de « favoriser des usages innovants ». Comme le fait très justement remarquer Sabine Blanc dans son article publié sur Ouishare.net, c’est peut-être une façon de parler sans trop se brûler les lèvres de « hacking », terme qui pourrait faire frémir les sphères gouvernementales.


8517466693_9177f570a2_b
Crédit photo : Ophelia Noor

 

_______________________________________________________________________________________

Extrait du texte issu du séminaire gouvernemental du 28 février :

Développer les Espaces Publics Numériques (EPN) pour faciliter l’accès aux outils numériques (Mesure n° 10)

Les FabLabs sont des ateliers de fabrication numérique qui fonctionnent sur un mode collaboratif et mettent à disposition de leurs utilisateurs des machines (découpe laser, fraiseuses, imprimantes sur vinyles, imprimantes 3D, machines à coudre, réalisation de circuits imprimés etc.), des outils, des matériels et des compétences pour :

  • Maîtriser les innovations numériques issues des nouveaux procédés de fabrication et permettre aux usagers de produire de nouveaux objets ;
  • Permettre le “détournement créatif” des matériels et d’outils numériques existants et l’adaptation vers des usages innovants ;
  • Connaître les procédures de réparation des outils numériques (dont les outils électroménagers) pour répondre aux besoins des populations en difficulté.

Les FabLabs stimulent la créativité, la coopération, l’échange de savoirs et de savoir-faire. Ils constituent donc des lieux d’accès public aux technologies numériques ainsi que des espaces d’éducation scientifique et technique grâce à des démarches concrètes d’acquisition de compétences (mise en oeuvre, autoproduction, autoformation accompagnée…). Une trentaine de FabLabs ont déjà ouvert leurs portes en France. Ces lieux viennent compléter l’offre des Espaces Publics Numériques (EPN).

La France dispose en effet aujourd’hui d’un réseau d’environ 5 000 Espaces Publics Numériques (EPN) répartis sur le territoire et financés par les collectivités territoriales. Ces EPN disposent d’un ou plusieurs animateurs multimédias dont la mission est d’accompagner les citoyens pour les aider à maîtriser les outils et services de l’Internet et plus largement les technologies numériques. Ce sont aussi des lieux qui développent la vie locale avec les citoyens, les élus, les écoles et les entreprises.

L’objectif du Gouvernement est de faire de ces lieux un espace d’appropriation du numérique où trouver des conseils et des outils pratiques. Les collectivités locales, qui financent ces espaces, joueront un rôle majeur pour les adapter aux besoins de leurs territoires.

 

Le redressement productif à l’épreuve du “premier rendez-vous du design” – compte rendu

Vendredi 1er mars s’est tenu au ministère de l’économie et des finances le “premier rendez-vous du design” organisé par Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, Aurélie Filipetti, ministre de la culture et de la communication, et Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique. Selon les mots d’Alain Cadix, qui était présent pour encadrer cette rencontre, “le design est au coeur du redressement créatif” et ce premier rendez-vous du design pourrait être “annonciateur et porteur du redressement productif dont le pays a besoin.”

En effet, sur le site redressement-productif.gouv.fr, le design est décrit comme “un élément essentiel de la performance économique et de la compétitivité des entreprises, par l’attention aux usages, aux innovations possibles par les matériaux, les formes et les procédés de fabrication.”

Trois tables rondes se sont tenues pendant la matinée (devant un public majoritairement masculin et âgé de plus de quarante ans) :

  • Le design au service du redressement et de la compétitivité des entreprises françaises,
  • Les forces et les faiblesses du design en France,
  • Le rôle des institutions publiques dans la promotion du design.

“Le design va bien au-delà de l’esthétique, c’est un facteur de fécondité industrielle, c’est la créativité mise au service de l’industrie.”

Fleur Pellerin, qui était la veille en visite au FacLab de l’université de Cergy-Pontoise dans le cadre du séminaire gouvernemental sur le numérique a insisté, dans son discours d’ouverture sur la volonté du gouvernement de rapprocher les designers et les entreprises. Selon elle, il s’agit également de rapprocher le numérique et le design, pour réinventer la production française et créer les “champions mondiaux de l’économie de demain” :

Le discours de clôture d’Arnaud Montebourg allait d’ailleurs dans le même sens, l’un et l’autre croyant indispensable de rappeler, probablement pour montrer leur compréhension fine du domaine devant un parterre de “professionnels de la profession” (l’expression est de Godard) qu’il ne s’agit pas du “design pour faire joli”, mais bien d’un design qui s’adresse aux mutations de la société, à la manière dont les gens font usage des objets… le design étant bien unanimement posé comme “autre chose que de la déco”.
Au-delà du fait qu’il est tentant de se demander pendant combien d’années encore on aura à chaque fois une reprécision sur la définition du design avant de pouvoir en parler correctement, Alain Cadix a sur ce point très justement fait remarquer que les médias entretiennent cette idée du design proche de la décoration, ajoutant que “c’est noble, mais pas représentatif de l’ensemble du design”.
La palme de la plus belle formule revient néanmoins peut-être à Arnaud Montebourg qui a rapproché la pratique du designer d’une forme d’ »anthropologie des mutations ». Dans la première table ronde, Matali Crasset est d’ailleurs allée dans ce sens en se référant à Marc Augé et à son idée d’ »anthropologie appliquée ».

“Pour une politique nationale du design à concevoir, à coproduire.”

Alain Cadix a présenté le programme de la matinée en rappelant que dans un contexte de crise financière, le manque de moyens peut être une vertu si on l’entend comme une possibilité pour être innovant “et contributeurs”. Il a ajouté sa pierre à l’édifice des définitions en plaçant le design comme “un levier d’innovation, de différenciation, de compétitivité et de création de nouveaux imaginaires”.
Malgré un paysage français du design complexe et morcelé, la politique nouvelle de design que le Gouvernement laisse apercevoir pourrait alors aller dans le sens d’une économie de la contribution et de la co-construction. Un des points soulevés dans les tables rondes est la question de l’image du design et des designers dans les entreprises. Selon une bonne partie des intervenants convoqués, pour une meilleure sensibilisation des entreprises au design les designers devraient être mis sur un pied d’égalité avec la R&D et le marketing.

“Le design, laboratoire des transformations sociétales.”

La première table ronde (Le design au service du redressement et de la compétitivité des entreprises françaises) rassemblait Matali CrassetLudovic Noël (Directeur général de la Cité du design de Saint-Etienne) et Anne Asensio (Vice-présidente design et brand expérience Dassault Systèmes), Eric Carreel (président de WithingsSculpteo et Invoxia) et Jean-Louis Fréchin. Anne Asensio a commencé en précisant qu’elle ne pense pas le design comme “une aide à notre économie” mais davantage comme un outil nous permettant de nous projeter vers “des processus nouveaux, collectifs aussi, pour donner à voir de nouveaux concepts liés notamment au numérique”. C’est selon elle par ces aspects que le design pourra avancer.
Comment valoriser le design tout en maintenant son intégrité ? Eric Carreel a indiqué que selon lui, au-delà de la révolution du numérique et des tablettes tactile, le “design prolongé par l’utilisateur” est l’autre révolution avec laquelle il faudra compter. Cela implique de laisser une marge de manoeuvre à l’usager, d’avoir “des designs qui peuvent être modifiés, personnalisés”. Jean-Louis Fréchin est allé plus loin : le numérique est aussi une révolution de l’information qui a changé notre manière d’être ensemble. Dans cette lignée, il a dressé le portrait d’un design qui s’attaquerait à tout… “jusqu’à l’open gouvernement”.

Un des problèmes selon lui pour changer l’image du design dans les entreprises se pose dès l’éducation à ce qu’est le design, c’est-à-dire dans les écoles : “on joue au jeu de paume, dans les écoles de design françaises, c’est craintif, peureux.” Parler du numérique dans les écoles serait selon lui quasiment peine perdue, les étudiants étant “beaucoup dans la critique du monde et peu dans la projection”. Jean-Louis Fréchin a affirmé sa conviction que les “objets connectés” pourraient être à eux seuls le renouveau de l’industrie française. Dans la droite ligne de la question de l’innovation “par les usages”, ils seraient alors le terrain idéal pour placer les gens dans “une nouvelle relation entre production et consommation”.

“Le problème culturel du design en France, c’est celui de la culture du design.”

La deuxième table ronde (Les forces et les faiblesses du design en France), rassemblait Brigitte Flamand (Inspectrice Générale de l’Education nationale design et arts appliqués), Anne-Marie Boutin (Présidente de l’APCI) et Stéphane Thirouin (Directeur du design du groupe SEB), Antoinette Lemens et Pierre Oudart (Directeur général adjoint de la création au Ministère de la Culture et de la Communication). Selon ce dernier, la faiblesse du design en France est le corrélat de la place de la création en France, qui est aussi le problème : “Comment travailler l’imaginaire collectif qui pense que la créativité ne peut pas changer le monde ?” Selon lui, la faiblesse du corps social à intégrer le design tient au problème de la catégorie. Il s’agirait alors de travailler à “changer les imaginaires”, le design provoquant “la rencontre harmonieuse d’imaginaires consentants”.
Antoinette Lemens, forte de sa double culture, est allée dans ce sens en insistant sur le fait que la “culture design” est le point fondamental pour renforcer cette discipline : “Dans les pays nordiques, il existe cette culture. En Angleterre, on donne des cours dès l’école primaire, le design fait partie de tous les jours. Tous les métiers là-bas sont au courant du design, c’est dans la culture générale des personnes.” Selon elle, le problème de l’éducation au design ne se poserait alors pas uniquement pour les designers dans les écoles mais d’une manière générale, pour la société elle-même.

La troisième table ronde (Le rôle des institutions publiques dans la promotion du design) rassemblait Christian Guellerin (Directeur de l’école de Design Nantes Atlantique et président de Cumulus), Marie-Noëlle Bayard (designer, trésorière de l’AFD), Bruno Dussert-Vidalet, (Président directeur général de Blackbody), Laurent Dutheil, (Directeur général du Lieu du design) et Pierre Garner (designer industriel associé Elium Studio). Ces intervenants ont principalement pointé la nécessité de créer un “titre” de designer, de sensibiliser les PMI et PME au design mais aussi de les accompagner dans cette démarche.

“Colbertisme participatif.”

Invité à prendre la parole en conclusion de cette matinée, Arnaud Montebourg a désigné la démarche mise en place par le gouverment pour agir dans le sens du redressement productif de la France comme étant un “colbertisme participatif”, oxymore qu’il a justifié en expliquant que l’État devra faire des choix, mais qu’il devra s’appuyer sur la société entière.
Taclant la proposition d’Éric Besson de mettre en place un Centre National du Design, il a affirmé la volonté de ne pas créer un “énième centre ou sous-centre dont on ne saurait pas quelle est la place”, mais plutôt la volonté de “co-produire une politique publique”.

L’annonce importante de cette matinée est peut-être le crédit d’impôt pour les entreprises sur les dépenses de design, de conception et de prototypage. Reste à voir bien sûr si cette proposition sera réellement mise en oeuvre. En tous cas, l’objectif affiché du Gouvernement est d’amener la société à “comprendre l’importance du design pour redresser l’économie”.

“Vive la république, vive le redressement productif, vive le design et vive la France.”

Dans la continuité de la “mobilisation générale” de l’”équipe de France du design”, la principale détermination reste celle d’un accès facilité au design pour les PME, sans coût supplémentaire. Dans la droite ligne de son annonce au Lieu du Design le 21 février lors de l’inauguration de l’exposition anniversaire de l’ENSCI, La Fabrique des idées, dans laquelle il disait sa volonté de créer “l’équipe de France du design”, rassemblant PME, designers, entreprises et industriels, Arnaud Montebourg s’est laissé allé dans son discours de clôture à imaginer un “Meetic du design” qui permettrait de mettre en relation industriels en mal d’innovation et designers peut-être trop esseulés.
Derrière cette proposition qui peut faire sourire, l’idée générale est celle d’un État qui impulse, puis laisse faire. À suivre.

 

« Innover sur le web » : dix ans après…

Il y a exactement dix ans, Max Bruinsma a publié aux éditions Thames & Hudson un ouvrage majeur pour le web design référençant plus de 140 sites Internet de création. Que reste-t-il aujourd’hui de cette entreprise critique ? Ce billet de recherche propose de faire un premier état des lieux. Il est aussi l’occasion de montrer comment les outils du design graphique permettent de contribuer à une réflexion critique concernant la puissance mémorielle (toute relative) du Web.

 

Début 2003, le livre original de Max Bruinsma Deep Sites : Intelligent Innovation in Contemporary Web Design et sa traduction française paraissent simultanément chez Thames & Hudson. Cette dernière version n’est pas une localisation, car les deux ouvrages empruntent exactement la même iconographie, le même contenu traduit et une mise en page rigoureusement identique. Mais l’appareil titulaire français est plus concis : Sites de création : Innover sur le Web. Inutile de s’attarder longuement sur les effets d’ellipse produits pas ces raccourcis surprenants — puisque le texte en français comprend généralement davantage de signes que celui en langue anglaise. Pour les francophones, l’intelligence de l’innovation sera implicite, tout comme le design. Passons puisqu’il s’agit bien de création.

L’intérêt actuel de l’ouvrage semble tenir dans le défi annoncé par le texte de présentation : « Un des principaux objectifs de ce livre est de montrer que la qualité générale du design graphique sur le Web ne cesse de s’améliorer. » Il semble pertinent aujourd’hui d’évaluer l’actualité de ce propos. Qu’en est-il dix ans après ? Le livre permet-il encore de rendre compte de cette évolution ? Ne témoigne-t-il pas d’une autre mutation ?

Il s’agit moins de mettre en perspective la place du design dans le web aujourd’hui, c’est à dire d’actualiser ce travail critique de Max Bruinsma que de le mettre à l’épreuve — engager une critique au second degré en quelque sorte — en interrogeant le livre et le site web qui lui est associé, l’ensemble du dispositif mis en place par l’auteur. Ce billet est la simple introduction à une recherche qui s’engage de la sorte à rebours du temps, dans une archéologie des médias.

Pour commencer, une rapide recherche en ligne montre que la cote du livre d’occasion oscille entre celle du prix le plus dérisoire (moins d’un euro) à une sur-enchère digne d’un collector, selon que l’obsolescence du contenu entraine, ici, une dépréciation radicale ou au contraire que sa valeur reconnue, là-bas, pour son intérêt historique suscite l’espoir d’une belle plus value.

Curieusement, sur le premier site français qui propose l’article bradé, la notice crédite Willem van Weelden — un des  contributeurs hollandais avec Sjoukje van der Meulen — à la place de celui de l’auteur… et témoigne ainsi de l’approximation de son identification. Sur un site américain qui évoque une cavalière, l’édition française de l’ouvrage correctement attribué à M. Bruinsma est proposée pour une somme conséquente de près de 440 €. Soit plus de 15 fois le prix de vente initial de cet album grand public vendu 24,95 €. L’édition en langue anglaise subit sur le même site une dépréciation plus nette avec plusieurs exemplaires au prix plancher de 0,01 $, alors que le plus ambitieux des vendeurs espère seulement en tirer 175 $.

Mais laissons là ces curieuses spéculations pour noter la mention qui retient notre attention : celle du site web associé au livre qui clos la toute dernière page par cette phrase : « Pour connaitre les mises à jour éventuelles des sites Web et des URL mentionnées dans Sites de Création, consulter www.xs4all.nl/~maxb/deepsites ».

Lier à ce livre consacré au web design un site web dédié relève d’une évidence que le temps risque pourtant de mettre en défaut. Mais bonne surprise, l’adresse indiquée reste valide, ce qui rassure l’internaute inquiet à juste titre de la pérennité de ce lien. L’internaute attentif — qui ne constitue pas l’amorce d’une typologie des internautes car il peut aussi être inquiet — notera que l’adresse de son navigateur diffère de celle imprimée sur le livre, mais l’internaute distrait lui n’aura pas remarqué cette redirection instantanée. L’internaute critique — laissons de côté toute volonté classificatrice  des utilisateurs par leur tempérament — le critique donc, venu par le livre sur ce site, ne s’étonne pas de l’image du site web qui reprend celle de la couverture de l’ouvrage, précisément, celle de la version anglaise : un listing de texte bleu en pavé, ponctué de quelques mots en gras, surmonté d’un titre puissant sur fond d’image de baignade.

00DeepSitesProlongeant par cette photographie les métaphores aquatiques — navigation, surf, etc. — Deep Sites, propose d’effectuer littéralement le grand saut, le plongeon au cœur du réseau, embarqué dans l’embouchure du fleuve Web. Quelques secondes suffisent à l’utilisateur pour se convaincre que l’effet de reprise n’a pas lieu depuis le livre vers le site, mais qu’à l’inverse, le livre s’imprègne des écritures graphiques du réseau. Constituée d’un tapis de liens bleus soulignés en surimpression sur la photographie, cette page d’accueil est évidemment devenue la couverture du livre et non l’inverse. Le lecteur attentif aura d’ailleurs noté qu’à l’intérieur de l’ouvrage aussi, les solutions graphiques retenues empruntent délibérément à la culture de l’écran.

Popularisé par le web design pour indiquer le niveau de l’arborescence visitée, un fil d’Ariane remplace le titre courant dans l’édition imprimée. De même, le sommaire tabulaire qui reprend l’effet de sélection du texte en négatif à l’écran est-il suivi d’un chemin de fer inattendu, dont l’axonométrie évoque l’architecture d’un site web. De plus, le titre de l’introduction, qui rappelle au lecteur sa liberté, affiche la mention ironique : « Skip intro ». Il renvoie à une période désormais oubliée, du temps d’attente comblé par des animations fastidieuses et autres thermomètres, barres de chargement ou animations ludiques rendues nécessaires par l’utilisation de fichiers Flash. L’attente agaçante était désamorcée par cette option offerte à l’internaute… « Sauter l’intro ». Enfin, le bas de page habituellement réservé aux notes est occupé ici par un jeu singulier qui consiste à amorcer la lecture de la page suivante par un fragment textuel produisant une sorte de pré-écho qui mime la pratique des hyperliens : par raccourci, l’embryon de la première phrase annonce la page à venir. Ces fragments encore réduits et regroupés en pavé de texte serviront de 4e de couverture… Ainsi, à la manière de Writing Machines de Katherine Hayles, ce livre qui s’intéresse au web design « explore [aussi] le devenir de l’imprimé l’ère numérique ».1

Max Bruinsma cite d’ailleurs, comme K. Hayles, la même source théorique d’inspiration en mobilisant la notion de renégociation empruntée à  J. D. Bolter & R. Grusin pour indiquer l’esprit dans lequel il envisage son analyse médiatique2. Renonçant à céder au discours ambiant de la surenchère à la nouveauté technologique, le chercheur préconise plutôt « d’étudier en détail  les domaines où l’innovation en matière de design Web est, ou devrait être, cruciale pour celui qu’on appelle visiteur ou utilisateur. »3

L’ouvrage est donc un répertoire critique et théorique illustré. Aujourd’hui, sa lecture reste passionnante, même si elle révèle — et surtout parce qu’elle révèle — combien l’expérience actuelle du web est déjà loin de celle décrite en 2003 par l’auteur. Le site, auquel j’attribue définitivement une préséance visuelle sur l’ouvrage, est dépourvu du texte courant, mais il reprend — en anglais uniquement — la courte présentation de chacune des cinq catégories : Interface, Typographie, Animation, Communauté et Écritures. La page web du site, reproduite plus haut, est donc un listing d’accès direct aux 144 sites référencés. Dix ans après, qu’en reste-t-il ?

Si l’on tente de faire coïncider chaque page du livre aux sites de référence, une première réponse statistique donne la mesure de la perte : seul 1 site sur 6 est aujourd’hui similaire à la description textuelle et aux visuels reproduits. Pourtant, il faut insister sur la qualité et la richesse des lectures de M. Bruinsma, mais la possibilité de les partager ou de les discuter est donc réduite dans les proportions indiquées. À ce stade, l’idée de conserver off-line cette page web,  de sauvegarder cette liste de liens pour prolonger et affiner plus tard cette étude s’impose rapidement. Pour lire Deep Sites une décennie après, à proximité d’un écran, pour activer ces liens sans craindre que cette page en vienne à se modifier ou à disparaitre à son tour, comme les 5/6e des URLs infidèles de cette sélection.

Pour disposer en local de cette page, il suffit d’enregistrer le fichier index.html et accéder au fichiers des index non protégés des dossiers « images » et  « styles » indiqués au fil du code html de la page d’index :

http://maxb.home.xs4all.nl/deepsites/images/

http://maxb.home.xs4all.nl/deepsites/styles/

Et si le site local devenait maintenant l’objet d’une visualisation de la réduction traduisant la faible pérennité du web ? Rien de plus simple. Supprimons les lignes de code à l’exception des sites dont l’aspect est strictement celui de 2003.

01DeepSites

L’effet est saisissant, qui restitue à la plongeuse tout son espace… Mais la perte est injustement dramatisée, car presque la moitié des sites restent pourtant accessibles, ils ont simplement changé de contenus et de design. Notre fichier pourrait-il en rendre compte ?

03DeepSites

Oui, en conservant tous les liens mais en ajoutant un fond bleu, identique à la couleur du texte, dans la balise <span> de chaque lien restitué. Cette visualisation de masquage permet de conserver actifs les liens visibles au survol en blanc, comme ici le site des éditions Hyphen Press, dirigées par Robin Kinross, modifiées graphiquement depuis 2003, mais toujours très actif.4

Que sont devenus les autres adresses ? Sur 144, plus du tiers sont désormais inactives, très exactement 57. Certains domaines sont à vendre, d’autres affichent une erreur 404, d’autres encores, plus rares, ont été rachetés et présentent des contenus sans aucune relation avec le site d’origine. Une bannière noire les signale désormais dans notre interface mise à jour. Ce nouveau commentaire graphique permet encore la lecture discrète de l’adresse en noir sur fond bleu au survol. Pour l’exemple, il s’agit cette fois du manifeste « First Things First », supprimé du domaine adbusters.org, visible au centre de l’écran, dans la rubrique Community.

04DeepSites

En texte bleu, les adresses de sites aujourd’hui identiques restent conformes au site original. Celles des sites inaccessibles sont indiquées par un surligné noir, et les adresses de sites mis à jour en surligné bleu… Faut-il encore distinguer visuellement ces différents types de mise à jour, ces écarts qui résultent des changements lorsque l’iconographie du livre n’est plus celle de l’écran ? Oui, car trois niveaux peuvent être mis en rapport avec le commentaire original. Parfois, malgré la mise à jour graphique et un nouveau contenu, le texte pourrait encore virtuellement accompagner la nouvelle version du site. Et d’autre fois, il existe une archive interne au site qui permet de retrouver les pages anciennes grâce à une nouvelle URL… Dans tous les cas où la continuité l’emporte sur la rupture, j’ai choisi un bleu clair. Lorsque les modification sont plus profondes, l’écart entre le commentaire et les visuels actuels plus évident, un bleu plus dense nous entraine vers l’abîme du temps. Et pour certains cas plus indécis, un bleu moyen est conservé. Enfin, j’ai choisi de restituer la visibilité des adresses par contraste pour terminer de tagger cette interface et la rendre plus facilement utilisable…05DeepSites

Prolongeant l’image du plongeon par la métaphore de la plongée en eau profonde, la densité du bleu témoigne visuellement du degré de proximité entre le web actuel et la surface imprimée du livre de 2003. L’intensité de couleur devient l’indice variable d’un temps technologique.

À l’aide de ce nouvel outil, le travail de relecture peut maintenant commencer. Prenons deux exemples parmi d’autres, deux sites inactifs qui se distinguent par leur situation originale. Je les signale provisoirement en blanc. En bas, le site Limewire témoigne du durcissement législatif à l’égard des sites de partage de contenus entre ordinateurs par un panneau d’avertissement et un lien donnant accès au document juridique de plainte daté d’octobre 2010.5

Limewire

Plus surprenant, le site décrit page 122 -123 de Deep Sites à l’adresse www.jimpunk.com/www/T.L.J. présente désormais une image fixe issue du livre français de Bruinsma avec en insert le pop-up du texte anglais et l’adresse du site suivie du répertoire /closed.

jmpunk

Cette réponse étrange de l’écran revient à boucler la boucle ouverte par un livre consacré au web, et pris au risque de la disparition de son objet. Une fois désactivé, le dernier état du site en question substitue à son contenu initial — TLJ Project : une œuvre de Tamara Laï et jmpunk décrite comme un « film en Javascript » —  l’image de sa publication dans le livre même de Bruinsma. L’URL du site web pointe désormais vers la propre image imprimée sensée rendre compte d’un contenu web devenu inaccessible. Aujourd’hui, l’internaute lit sur une capture d’écran le début de la publication critique de TLJ Project désormais invisible…

On se prend au jeu de rechercher cette pièce de web-vidéo. Suffirait-il  de réduire la barre de l’URL au sous-domaine ? Rien. À la racine ? Que donne http://www.jimpunk.com/ aujourd’hui ?jmpunk1

Trop complexe, le site contient de nombreux projets passés. Il faudra changer de stratégie et avoir recours à un moteur de recherche pour retrouver sur le site actuel de Tamara la version dynamique de ce projet modifié qui s’intitule désormais Solenoïdes.…

Avec de telles enquêtes, commence véritablement le deuxième volet de cette recherche qui excède ce (long) billet d’introduction. Il consiste à explorer en détail les multiples variations entre le livre, relayé par sa page web, et l’état actuel des sites qui va de la conservation à la disparition en passant par une gradation subtile de permanences et d’écarts, gradation qui donne au livre de Bruinsma tout son prix…

Il faudrait s’interroger sur plusieurs points. Comment le design des 26 sites conformes est-il perçu aujourd’hui  ? Quelles sont les enjeux des 58 mises à jour ? Et que dire des 57 sites dont les URLs ne pointent plus ? Combien la sensibilité à l’animation, inaugurant une véritable « génération flash », encore dominante en 2003 s’est-elle en partie déplacée ?6 Bruinsma avait bien prévu que les sites subiraient des modifications plus ou moins radicales. Il cite parfois dans le livre certaines adresses antérieures à la version datée 2003, et a même prévu des mises à jour depuis le pop-up des rubriques en ligne. Mais après une décennie, les adresses invalides ne sont pas identifiées… très peu même sont corrigées. Et l’intérêt d’identifier des archives web — pourtant assez nombreuses chez certains designers — plutôt que des mises à jour, n’a pas été anticipé.

JavascriptMovies

 

 

 

  1. Peter Lunenfeld ed., MIT Press, 2002, p. 9 []
  2. Remediation, MIT Press, 1999 []
  3. Deep Sites, p. 11 []
  4. Deep Sites, p. 62 []
  5. Deep Sites,  p. 168 []
  6. Lev Manovich, 2002, http://www.manovich.net/articles.php []