« Basse définition » : publication d’un guide de requêtes


La publication Search Terms : Basse déf. aux éditions B42 marque un point final à la recherche entreprise par Nicolas Thély depuis 2005 sur la question de la « basse définition ». 

 

Search Terms : Basse déf.est une publication collective qui se présente sous la forme d’un guide de requêtes qui prend acte de la redistribution et de la diffusion du savoir par les moteurs de recherche et les encyclopédies participatives. Elle marque un point final à la recherche que j’ai initiée en 2005 sur la question de la « basse définition », c’est-à-dire l’étude de la fréquentation du réseau Internet et des algorithmes tels que PageRank et MP3, MPEG entendus comme « formes de sensibilité ».

Cette recherche a donné lieu entre 2005 et aujourd’hui à deux expositions dont le commissariat a été assuré par Stéphane Sauzedde : la première s’est tenue à Grenoble au centre d’art OUI en 2007 et la seconde à Stockholm à la Mejan Gallery et à l’espace SugarCube en 2011. Une première publication a paru en 2007 aux Presses du réel dans lequel je proposais une première approche théorique de la « basse définition », Stéphane Sauzedde rejouait sa première exposition et Dominique Pasquier livrait une éclairante explication du rapport des adolescents au numérique.

Entre 2009 et 2011, soutenue par le ministère de la Culture (DAP), une ligne de recherche « Basse déf » s’est constituée associant le Laboratoire des Arts et Médias (Paris 1) à quatre école d’art (Grenoble, Valence, Quimper et Annecy) et à l’ENST ParisTech. Annie Gentès, Gilles Rouffineau, David-Olivier Lartigaud, Karine Lebrun, Anne Laforet, Stéphane Sauzedde et moi-même formions le noyau dur de l’équipe. Dans ce cadre une série de journées d’étude (« My Space is You Tube ») ont été organisées à Paris 1 et trois journées de recherche se sont déroulées à Grenoble, Valence et Quimper.

La première intitulée « Formats » s’est tenue les 6, 7 et 8 mai 2009 et a rassemblé des étudiants de l’Université Pierre-Mendès-France Grenoble 2 et de l’école supérieure d’art de Grenoble, des artistes, des écrivains (Raphaël Meltz, Philippe Vasset) et des théoriciens. La seconde portant le titre « Le Prix de l’indépendance »s’est déroulée  les 23,24 et 25 novembre 2009 à l’école d’art de Valence et avait pour objet d’interroger les liens entre une réalité artistique qui revendique des capacités d’interventions rapides, légères, à faible coût mais à haute tension, et le design graphique (Urs Lehni, Paul Elliman, Charles Mazé et Coline Sunier). La troisième et dernière journée de recherche s’est tenue à l’école d’art de Quimper les 8, 9 et 10 novembre 2010 autour du thème du « Détachement ». Il s’est agit de penser les possibilités d’une disposition relevant du détachement sans pour autant être marginalisé et hors du monde (Pascal Nicolas-Le Strat, Dominique Cardon, Christine Lapostolle).

Au court de ces années, il s’est avéré que la place accordée aux nouvelles technologies dans l’art n’était pas la préoccupation principale de l’activité de recherche de l’équipe. Elle n’était que le point de départ. Un état de fait. L’expression Basse définition nous a permis de désigner ce qui relève de l’incertain, du trouble et plus précisément qui constitue la part indéterminée de l’expérience à l’époque de l’Internet et de la révolution numérique. Nous avions tous besoin d’interroger cet inconditionné, de le penser, de le conceptualiser. Soucieux de conserver cet esprit de fraîcheur de la recherche, les membres de l’équipe et moi-même avons pris le parti de ne pas publier un ouvrage académique qui serait la somme de nos activités conduites durant cette période. C’est pourquoi cette dernière publication Search Terms : Basse def  a pour ambition de prolonger la recherche en contribuant à fabriquer des ressources de première main : des artistes et des chercheurs de différentes générations ont ainsi choisi leurs propres mots clés et les ont enrichis de leurs expériences afin de les rendre communicables. Parce que le champ de l’Internet est un terrain instable, désormais c’est au lecteur de se rendre sur Internet et de découvrir un réseau en constante mutation peuplé d’œuvres discrètes et de collectifs d’artistes avançant masqués.

 

 

Search terms : Basse déf. (édition bilingue), 152 pages, éditions B42, Paris, 2012, ISBN 9782917855300, 15€.

 

 

 

 

Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

LOL – Rire aux éclats

Voici les enregistrements des quatre communications de la journée d’étude LOL – Rire aux éclats organisée le vendredi 13 janvier 2012 à l’Université Rennes 2 dans le cadre du séminaire de l’équipe Arts : Pratiques et Poétiques ayant pour objet : Compréhension, incompréhension : du malentendu à la provocation.

 

« Des zygomatiques en action à trois petites frappes nerveuses »

Dans le cadre de ces trois journées d’étude où nous nous interrogeons collectivement sur le rire et la provocation, ils nous a paru opportun de saisir l’occasion de questionner un rire bien particulier, un rire contemporain né dans les entrailles du réseau Internet. Pierre Braun, Bruno Bossis, Joël Laurent et moi-même, nous nous sommes arrêtés sur une expression qui semble être symptomatique de la sensibilité liée à l’Internet : LOL.

“LOL” pour “Laughing out loud”, ce qui peut se traduire par “rire aux éclats”. C’est un acronyme qui vient des salons de discussion sur Internet (les chatrooms) et des messageries instantanées. Il vient souvent ponctuer des phrases ou relancer une discussion qui s’enlise. Il manifeste une sensibilité et une conception du vivre ensemble qui nous intrigue.

Cette locution est propre au domaine des machines à communiquer dont l’échange se fait non pas exclusivement avec la voix, mais à partir d’un système de représentation graphique, à savoir l’écriture enrichie parfois d’émoticons. LOL aurait pu être inventé au temps du télégraphe ou du morse… Mais non il est l’invention, le fruit du réseau Internet.

LOL n’est pas une expression noble et soutenue car elle teintée de légèreté, de trivialité voire de vulgarité. On aurait tendance à la confiner dans le répertoire fleuri du langage juvénile mais dans la pratique, je veux dire quand on utilise les messageries instantanées pour communiquer, il faut se rendre à l’évidence : LOL est une expression étonnement et curieusement employée par toutes les classes d’âges.

Que désigne ce LOL ? Quel état d’hilarité manifeste-t-il vraiment ? Que dit-il vraiment sur l’état des zygomatiques de l’internaute quand il tape ces trois lettres sur son clavier ? LOL correspond-il vraiment à un éclat de rire ?

On peut dans un premier temps avancer l’hypothèse que ce rire aux éclat désigne une sensation étrange de l’état dans lequel se trouve l’internaute ou dans lequel nous nous trouvons avec les technologies de l’information. Nous faisons l’expérience d’une présence à distance, nous nous sentons à la fois loin et proche de notre interlocuteur. Dans ce contexte de promiscuité et d’isolement, le corps vient se rappeler, se manifester à notre esprit pris dans le flux et l’instantanéité des messageries électroniques. Devant son écran d’ordinateur nécessairement connecté au réseau Internet, un sourire qui se dessine sur le visage de l’internaute se manifeste, s’exprime, se représente graphiquement par une amplification : il devient un un éclat de rire. Ou pour le dire autrement : un éclat de rire sur Internet est “un presque rien” qui gagne en intensité par trois petites frappes successives et nerveuses de l’index sur les touches “L”,”O” et “L”.

L’ouvrage de référence en ce qui concerne le rire aux éclats est celui du philosophe Olivier Mongin publié en 2002 aux éditions Le Seuil. Dans “Eclats de rire”, un essai qui a pour objet l’étude des passions démocratiques, Olivier Mongin distingue deux types de rire : le rire des artistes et le rire du quotidien, celui des bons ou mauvais blaggeurs. Plutôt que s’indigner de la mort du rire à la manière de Gilles Lipovetsky ou bien de faire sociologue Paul Yonnet l’éloge de la démocratisation du rire, Olivier Mongin interroge ce qui distingue et ce qui rapproche ces différents rires.

Pour Olivier Mongin, l’enjeu philosophique du rire porte sur la manière dont une société ou un individu considère son corps, je cite :

Force est d’admettre simultanément que le rire, quel qu’il soit, renvoie à une image du corps et de la communauté à laquelle nous appartenons. Rire artiste ou rire banal, rire de scène ou rire de télévision, les rires révèlent toujours notre manière d’être ensemble, notre aptitude à nous lier, à nous délier, à tirer sur la corde. C’est pourquoi le corps est la matière première du rire, le corps muet des burlesques, le corps individuel mais aussi le corps collectif. (p. 12)

Qu’en est-il pour ce rire aux éclats des usagers de l’Internet ? De ce rire en apparence désincarné, de ce rire du réseau Internet ? Que nous apprend-il sur notre capacité à rire ensemble ?  Quelle sensibilité et conception de l’humour sous-entend-il ? Ce rire aux éclats est-il un filtre culturel qui nous permet de rire encore des rires et des provocations hérités de l’art de ces cinquante dernières années et de la présence discrète des artistes sur le réseau Internet ?

Que les tenants d’une philosophie de l’art bien ancrée dans son histoire et ses notions ne s’inquiètent pas, la bassesse des pratiques n’est pas à l’ordre du jour, le rire aux éclats que nous interrogeons aujourd’hui n’est pas un questionnement soft sur l’air du temps : le rire aux éclats que nous interrogeons aujourd’hui est celui du “rire artiste”, – je reprends, encore, Olivier Mongin – :

le rire de ceux qui offrent “une matière à rire” qui ne correspond pas spontanément au désir du rieur (…) le rire de ceux qui marquent une différence de niveau entre le public, que ce soit celui de la salle populaire de cinéma ou celui de la salle de spectacle, et leur travail artistique.

La matinée sera consacrée à l’intervention d’Anne-Marie Duguet qui nous fait l’honneur de sa présence. Directrice de la collection Anarchive, archives numériques sur l’art contemporain, elle est l’auteur de nombreux ouvrages de références concernant l’histoire de la vidéo et la création à l’époque du numérique. En février 2006, dans le cadre de la transmediale de Berlin, Anne-Marie Duguet a assuré le commissariat de l’exposition “Smile Machines” ayant pour objet l’humour, l’ironie et la dérision. Documents et œuvres à l’appui, elle reviendra sur cette expérience où le ludique, le curieux, le surprenant et le provoquant se manifestent comme une attitude critique nécessairement subtile.

Les trois interventions de l’après-midi concerneront l’incidence du réseau Internet sur notre capacité à rire ensemble et à créer “une matière à rire” : en effet, LOL est bien plus qu’un simple gimmick, c’est une forme sémantique du rire et de la provocation dans l’espace numérique qui doit nous interpeller sur le contexte bien curieux dans lequel les artistes développent aujourd’hui leurs propres imaginaires et produisent des formes, des signes et des dispositifs.

Loïc Diaz Ronda, doctorant en esthétique sous ma direction à l’université Rennes 2, interviendra sur le rire politique des cinéastes à l’époque des remontages et des mashup.  Jean-Pierre Quinquenel, doctorant en musique sous la direction d’Antoine Bonnet à l’université Rennes 2, évoquera le cas de Johannes Kreidler, un musicien contemporain très en phase avec  Internet. Puis Pierre Braun et moi-même, qui avions envie de partager avec vous nos éclats de rire, nous vous proposerons une communication à deux voix sur l’art de pirater les panneaux d’affichages électriques des bords de route.

Nicolas Thély



 

Communications et liens Internet

 

1/ Anne-Marie Duguet (Professeur émérite, Université Paris 1) : L’humour n’est pas drôle ! Ecouter la communication sur SoundCloud.

Documents : Reportage, galerie photos et entretien avec Anne-Marie Duguet (source ARTE).

2/ Loïc Diaz Ronda (Doctorant, Université Rennes 2) : Hollywood m’a tuer… Humour politique et remock.  Ecouter la communication sur SoundCloud.

Document : Yves-Marie Mahé, J’aime Bond, 2008-2011, 2’40 »

Œuvres citées et non disponibles sur Internet : Derek Woolfenden, That’s Entertainment ! (2004, 9′) et Yo-Yo Rated (2006, 20′)

3/ Jean-Pierre Quinquenel (Doctorant, Université Rennes 2) : Johannes Kreidler : créer c’est interpeller. Ecouter la communication sur SoundClound.

Document 1 : Johannes Kreidler – haptles , solo performance (1:30)

Document 2 : Untitled performance #1 (9:10)

Document 3 : Untitled performance #3 (7:23 soutitré en anglais avec l’ensemble Mosaik)

Document 4 : Gema : « 70200 Zitate fur GEMA in 33 Sekunden » (16:02)

 

4/ Pierre Braun et Nicolas Thély (Enseignants-chercheurs, Université Rennes 2 : Ghost protocol. Ecouter la communication sur SoundCloud.

 

] Document 1 : https://www.youtube.com/watch?v=yWB151fBGHA&feature=related

Document 2 : https://www.youtube.com/watch?v=2eUZJ4pcFSk&feature=fvwrel

Document 3 : https://www.youtube.com/user/maxcornelisse

Document 4 : https://www.youtube.com/watch?v=2a4gyJsY0mc

Document 5 : http://www.imdb.com/video/screenplay/vi1719665177/

Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter