#EpicPhD – Camille Bosqué aux Entretiens du Nouveau Monde Industriel

Capture d’écran 2013-12-17 à 10.05.38

Les Entretiens du Nouveau Monde Industriel se sont tenus le 16 et 17 décembre 2013 au Centre Georges Pompidou et proposaient cette année une réflexion prospective sur la question de l’automatisation, en lien avec les évolutions du travail dans le contexte numérique.

Photo-17-12-13-15-04-22-10-1024x768

« Si la question de l’automatisation précède et accompagne toute l’histoire de la société industrielle, elle se présente de nos jours sous un angle absolument neuf : avec la numérisation de toutes les relations (à soi, aux autres, aux choses, à l’espace, au temps), les automatismes sont désormais présents dans la plupart des activités humaines – que les humains en soient conscients ou non. C’est sur cette base que s’opère une mutation industrielle d’une immense ampleur. L’automatisation généralisée a et aura des effets dans tous les domaines : production, enseignement, médecine, commerce, transports, recherche scientifique, édition et presse, relations sociales, vie quotidienne domestique, vie politique, relations intergénérationnelles, géopolitique, géoéconomie, diplomatie, politiques militaires, etc. Pour cette édition nous chercherons à évaluer l’impact de cette automatisation généralisée au travers d’exemples tels que les imprimantes 3D et la production décentralisée, la robotisation et la normalisation, les “big data” et plus généralement la statistique, lequantified self… » (À lire sur : http://enmi-conf.org/wp/enmi13/)

Camille Bosqué est intervenue avec la double casquette Université Rennes 2 / ENSCI – Les Ateliers lors de la session 4 : Imprimantes 3D et production décentralisée : vers « ‘l’usine à domicile » ?

La captation vidéo de son exposé est disponible ici (barre rouge) : http://enmi-conf.org/wp/enmi13/session-4/

Capture d’écran 2014-01-16 à 14.53.49

Camille a pris en exemple quelques uns des lieux (FabLabs, hackerspaces, makerspaces) qu’elle a pu visiter et où elle a passé du temps lors de sa première année de thèse, démarrée en octobre 2012. En s’appuyant sur son expérience de ces tiers-lieux de fabrication, elle a exposé quelques pistes d’analyse qui présentent ces lieux comme des espaces de reconfiguration sociale, au-delà des questions liées à la fabrication numérique personnelle et surtout à la marge des modèles institutionnels classiques.

Le fil Twitter traduit en réseaux sur la page des Entretiens du Nouveau Monde Industriel permet de suivre la manière dont le public et certains spectateurs qui suivaient les interventions en direct ont réagit.
Parmis les commentaires, prises de notes et réflexions des auditeurs, nous avons noté l’apparition inédite du tag #EpicPhD ! C’est une traduction amusante de cette année passée – en effet- aux quatre coins du monde pour constituer une enquête empirique, personnelle et engagée.
Pour en savoir plus, le blog de Camille Bosqué est ici : http://makehackfab.tumblr.com

 

Capture d’écran 2013-12-17 à 09.56.40

Capture d’écran 2013-12-17 à 09.54.49

 

 


	

THATCamp Day 2 : Fusion

IMG_1201

Nicolas Thély, Alexandre Serres et Olivier Ledeuff démarrent la journée par une non-conférence non-introductive pour présenter les ateliers qui ont été proposés par les participants depuis le site du THATCamp, et donner les grands objectifs et principes de ces quelques jours.
« On a évité les institutionnels, mais on n’évitera pas la non-conférence d’introduction », commencent-ils, avant de chausser des paires de lunettes orange fluo et d’annoncer qu’ils reviennent du futur « et que les nouvelles sont bonnes ». Bonnes, pas si sûr en fait. Dans ces quelques brèves lues à travers leurs verres fumés, ils nous informent par exemple qu' »en 2043, Pierre Mounier fait désormais partie du groupe Qatar Université », que la France a accumulé un tel retard sur la question des Humanités numériques que les chercheurs sont contraints à s’isoler dans les forêts pour se réunir autour de connexions Internet douteuses (ça sent le vécu). L’emprise d’Amazon sur les données ouvertes de Google Scholar pose question. Dans le monde qu’ils décrivent, la retraite a été supprimée pour les universitaires, condamnés à mourir pendant leurs cours.
C’était l’introduction. Ils retirent leurs lunettes de soleil et remettent leurs lunettes de vue : le THATCamp peut officiellement commencer. Dans la salle, nous sommes une grosse soixantaine. En une nuit notre nombre a doublé.

« Est-ce que fusionner c’est diluer ? »

De la quantité d’ateliers proposés par les participants, 17 sont finalement retenus, après des discussions collectives sur la manière dont certains thèmes peuvent ou ne peuvent pas se croiser sur des créneaux partagés.
Les propositions se détachent selon quelques grandes directions, que l’un de nous a tenté de formuler et énonce en prenant le micro :
– la communauté Humanités numériques : reprendre le wikipédia pour définir de quoi il s’agit, s’interroger sur le réseau…
– le rôle du design et la visualisation de données
– le métier de la recherche en humanités numériques : les coulisses des données, des exemples d’usages d’outils et des partages d’expériences
– les éditions électroniques : les travaux de Bruno Latour, le rapport image/texte/standardisation
– open data et open access

 Le programme est donc fixé pour demain et même s’il peut encore être modifié, il rassemble la fusion de plusieurs pistes.

Alexis Chazard a proposé un atelier qui est rapidement devenu une discussion collective. Paul Girard du Media Lab de Sciences Po est notamment présent, et en profite pour présenter quelques travaux menés par l’équipe de Bruno Latour. Dans la tradition du THATCamp, les ateliers sont pris en note collectivement avec un Pad. Ces notes seront réécrites dimanche lors du booksprint final qui visera à produire les non-actes du colloque dans un format collaboratif, publiés sur un site d’OpenEdition.

Capture d’écran 2013-10-18 à 14.29.12

IMG_1213

Morceaux choisis sur le Pad, donc :

TITRE : Design et outils sémantiques, définir, identifier, qualifier les relations
Chapô ou résumé (à rewriter) De la visualisation de données, où les outils sémantiques servent le travail d’organisation de l’information, à la structuration même du web sémantique, par le design d’ingénieries logicielles et de langages, les croisements qu’opèrent dispositifs de traitement de données sémantisées et design dénotent une dynamique. Est-elle organique ? Chacun opère sur l’autre une modification… nécessaire ? Une évolution conjointe ? Nous vous proposons un atelier pour interroger les besoins, ceux des SHS et de la documentation nous paraissant à ce titre exemplaires, afin de dégager des pistes pour une recherche en design sur les outils sémantiques.
 
Définir, identifier
Ouvrage qui circule : Rouffineau Gilles (dir.), Transmettre l’histoire, Paris, B42/Valence, Esad Grenoble – Valence, 2013, 231 pages. Ouvrage publié à la suite de journées d’étude.
Les influences du design sur les outils sémantiques : passage de web sémantique à « outils sémantiques » ?
web sémantique : corpus de standards, d’outils, de langages, qui ont pour but de mettre en relation. 
outils sémantiques : d’autres choses au-delà du web sémantique. 
Une définition des outils sémantiques : « Comment faire comprendre un texte en langage humain à des machines ? » est donnée.
 
Exemples dans la visualisation de données ?
Les outils sémantiques servent le design. Et réciproquement.
Échanges de besoins et des projets ?
 
 : sortes de tables des matières numériques, plans de sites, 
Notion de plan de site presque disparue. Utilisation actuelle proche des tables de matières traditionnelles, pour les sites internet.
 
Cartographie des contenus. Publication en cours d’une édition qui parle de la table des matières. (LipSIS, Paris 6 Jean-Gabriel Ganascia) laboratoire en sciences cognitives. 
Comparaison entre table des matières et une manière de visualiser les données
Des listes ordonnées qui génèrent des cartes, automatisées sur un modèle sémantique. Projet en cours.
 
Cartes produites par des dispositifs d’analyse de contenu.
Cartographie dynamique. Iles, tâches centrées à partir de mots.
 
Yann Alary : les choix de formats dans l’archivage du contenu issu du web.
typlogie des différents documents. Cf. http://yannalary.com/datArchive/
Corpus de différents documents archivés, en ligne. Listes, tags, différents accès à ces documents. Utilisation de la TEI.
Articuler les données entre elles.
Imaginer les liens qu’il peut y avoir entre l’édition imprimée et le web
Robin évoque le travail de Moritz Stefaner : http://moritz.stefaner.eu/projects/relation-browser/ – une interface élégante mais surtout de l’ordre de la lecture
Principe de graphe présenté habituellement dans la représentation de web sémantique n’est pas pertinent, spécialement en SHS pour Emmanuel Chateau.
Pertinent : Produire des outils qui se reconfigurent en fonction des besoins des utilisateurs.
 
Volonté d’aller plus loin que Gephi dans l’exploration des relations. // Visuel de Graphing the history of philosophy via le rétroprojeteur (probablement graphe produit par Gephi).
Questionnement autour du lien design et contenu intelligent : comment aller plus loin que la description, aller au delà des jolies interfaces.

IMG_1247

Association francophone des Humanités numériques et Mini Wikihouse

L’après-midi est consacrée à la mise en place et à la discussion autour de l’association francophone des Humanités numériques qui sera bientôt créée. Certains sont en ligne par Skype depuis le Canada ou la Belgique. Les débats portent principalement sur le cadre juridique et les actions souhaitées et prévues dans ce cadre. Je m’installe dans un coin. Je prends des notes. Je dessine.

David-Olivier Lartigaud et Johann Aussage de Saint Etienne sont arrivés dans l’après-midi et ont investi le hall aux côtés de Thomas Meghe et des imprimantes 3D rennaises. Ils ont apporté avec eux de quoi construire une petite Wikihouse en medium fin découpé à la laser.
J’ai désormais le début d’une collection de photos thématiques puisque j’ai déjà en stock des images prises lors du OuiShare Fest de la construction d’une Wikihouse, cette fois-ci échelle 1. Johann faisait aussi partie de l’équipe puisqu’elle avait été découpée à La Nouvelle Fabrique du CentQuatre.

IMG_1234

Sur la table également, David-Olivier a disposé quelques pièces imprimées du Lego Universal Building Set, qui permet d’adapter n’importe quelle pièce de Lego avec d’autres types de jouet. Elles ont été imprimées en frittage de poudre. Il semble que cela soit trop fragile pour pouvoir effectivement les enfiler sur des pièces de Lego existantes.

Pendant que les débats de la grande salle sont retransmis dans toutes les pièces du château, les imprimantes 3D tournent et produisent leurs petits sons habituels dans l’entrée et l’équipe de Saint Etienne s’affaire au montage des éléments en kit de la maison : « Finalement, c’est presque plus facile à taille réelle ! »

IMG_1222

 

THATCamp Day 1 : BootCamp

IMG_1194

Premier jour : tout le monde n’est pas encore là mais nous sommes déjà une trentaine venus des quatre coins de la France à commencer à faire connaissance. Le ThatCamp de Saint Malo se tient du 16 au 20 octobre 2013 à Saint Malo au Château de la Briantais. L’endroit est magnifique, les jardins sont immenses et le soleil est de la partie, qui rend les retrouvailles et les quelques minutes d’attente pour prendre la navette depuis la gare de Saint Malo bien agréables.

Cette « non-conférence » sur les Humanités numériques est la troisième en France. Bien que le programme ne soit pas préalablement établi et reste très ouvert, le THATCamp Saint-Malo 2013  a pour ambition cette année de rassembler pour la première fois les communautés des arts et du design concernées par les humanités numériques (conception de programme, design d’interface, design d’information, cartographie).

Quelques éléments fondateurs déjà postés précédemment sur le blog officiel du THATCamp :
“Un ThatCamp – The Humanities and Technology Camp – est une rencontre qui permet aux acteurs de la recherche en sciences humaines et sociales utilisant des technologies numériques de partager informations, idées, solutions et savoir-faire autour de leurs pratiques. Les ThatCamps sont organisés par les participants eux-mêmes. Le programme n’est pas établi à l’avance mais construit directement sur place. Un ThatCamp n’est pas constitué de conférences ex- cathedra mais prend la forme d’ateliers, où tous les participants sont invités à partager leurs connaissances.” Pierre Mounier, 12 juin 2012.

L’équipe organisatrice est composée pour cette édition de Nicolas Thély, professeur en esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2, d’Alexandre Serres, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et co-responsable de l’Urfist de Rennes, Erwan Mahé, responsable du laboratoire Design et Pratiques Numériques de l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne, Guillaume Pinard, artiste et professeur à l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne et Olivier Le Deuff, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à Bordeaux 3.

Capture d’écran 2013-10-17 à 12.22.26

« On fait chauffer la box Internet »

 Malgré une connexion Internet capricieuse, le jeudi matin était consacré à une formation à Processing, assurée par Robin de Mourat, designer d’interface doctorant en première année à l’université Rennes 2, sous la direction de Nicolas Thély.
Ce langage et cet environnement ont été imaginés en 2001 par Casey Reas et Ben Fry, deux artistes et designers américains.  C’est un projet libre qui a très rapidement connu une écoute enthousiaste dans le champ de l’art et du graphisme. Fondé sur une adaptation du langage Java, Processing est un langage qui propose de produire des formes graphiques à partir de textes.

L’objectif de cet atelier était de présenter l’environnement de développement de Processing et ses possibilités. Robin nous a fait passer par différentes étapes pour nous familiariser avec les principales notions de la programmation informatique en concluant sur l’apport de ce langage dans le champ de la recherche en SHS : visualisation, etc.
Les slides de ses cours sont disponibles en ligne.

« Je commence par ça parce que ça n’a aucun rapport : moi au départ je fais du grec ancien. »

Cette phrase est d’Aurélien Berra, qui assure la présentation de l’après-midi, sur la plateforme Hypotheses et c’est ainsi qu’il se présente avant de démarrer son atelier. Après un rapide tour de table, on réalise que les profils, les intérêts et les attentes sont tout aussi variés.
Le carnet de recherche fait désormais partie de la panoplie des chercheurs en SHS. Dans sa présentation, Aurélien nous a fait connaître différents blogs et usages de blogs dans diverses disciplines qui mettent en jeu des formes de publications scientifiques ouvertes, collaboratives ou quotidiennes. Autour de la table, certains sont très familiers de WordPress et de ce type d’interfaces. D’autres connaissent moins et sont curieux des fonctions mêmes basiques de ce qu’Aurélien nous présente comme « une plateforme, un réseau plutôt que des simples blogs ». Dans les coins, on formule quelques réserves sur l’esthétique de la sélection de thèmes retenus pour Hypotheses, qui n’offre selon eux que peu de marge de modification et assez peu de liberté. L’unité et la fiabilité semble être la règle qui explique ce paramétrage.
J’explique à Aurélien qu’en commençant ma thèse il y a un an j’avais ouvert un carnet de recherche sur Hypotheses pour le fermer assez rapidement, me sentant plus décomplexée et plus libre sur un basique Tumblr, qui me sert aujourd’hui de blog de recherche et sur lequel je rends compe depuis un an de mes enquêtes de terrain, voyages, rencontres et bifurcations. Aurélien en entendant cela réplique que c’est en fait un argument qu’ils entendent souvent de la part d’une jeune génération de chercheurs – encore rares – qui connaît très bien Hypotheses et qui trouve cela peut-être paradoxalement trop institutionnalisé, trop sérieux ou trop réputé pour « oser » y poster des billets quotidiens.

IMG_1224

Dans le hall, le « FabLab » est installé, avec Laurent Flamand et Thomas Meghe autour de quelques imprimantes 3D. L’une est encore en réglage et l’autre imprime déjà quelques pièces, dont des petits éléments pour caler et soutenir les cartes Arduino.
Cet atelier sera là pendant toute la durée du ThatCamp, dans l’entrée du château.

Le soir, nous nous retrouvons à quelques uns pour dîner en ville. Lors de notre promenade sur les remparts nous croisons Alexis Chazard, enseignant en design graphique et numérique aux Beaux-Arts de Valence qui est arrivé dans la journée. L’un des aspects les plus plaisants du ThatCamp consistera probablement à poursuivre les discussions de la journée le soir sur la promenade du bord de mer !
Au dîner, sans surprise, toutes les discussions portent sur les bases de données. Robin et moi partageons le dîner avec Stéphane Pouyllau, ingénieur de recherche au CNRS spécialisé en Humanités numériques et co-directeur de la plateforme de recherche Isidore.
Nous parlons de la manière dont nous envisageons nos thèse, et il nous raconte (entre autres choses) que quand il était en DEA il avait comme partenaire de bureau quelqu’un dont l’espace de travail était une forteresse très protégée, très close, entourée de grands classeurs placés en arc de cercle au milieu duquel il travaillait reclus, refusant de partager ses documents et ses cartes. Stéphane Pouyllau conclut en précisant que cela lui paraissait (« déjà à l’époque ») ridicule et absurde. Nous partageons son avis.

Nous rencontrons également Antoine Courtin, qui est en charge notamment de l’organisation du prochain Muséomix qui aura lieu à Nantes dans trois semaines. Les discussions tournent sur assez vite sur l’open data culturel et notamment le hackathon organisé la semaine prochaine à Paris par le Ministère de la Culture.

 

Le FacLab de Cergy-Pontoise, terrain du « détournement créatif »

Jean-Marc Ayrault, premier ministre, Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche et Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’innovation et à l’économie numérique ont visité le FacLab dans la matinée du 28 février, suite à un séminaire gouvernemental sur le numérique qui s’est tenu à l’université de Cergy-Pontoise, qui abrite le FacLab.

ophelia noor1Crédit photo : Ophelia Noor

Le modèle du FacLab, premier FabLab français intégré dans une université, pourrait bien inspirer le futur FabLab de Rennes 2 qui se monte peu à peu sous l’impulsion de Thomas Meghe.
Cet évènement a été passionnant à vivre de l’intérieur : je suis actuellement en enquête de terrain au FacLab dans le cadre de ma thèse.
La préparation de cette visite officielle a créé une véritable effervescence dans le FacLab, chacun pendant une semaine finissant au maximum ses projets, tenus dans le secret de cette visite par les responsables de l’endroit. J’ai moi-même été sollicitée pour réaliser des affiches pour expliquer le fonctionnement des machines et du wiki du FacLab (qui permet de mettre en ligne les projets). J’ai aussi été chargée de faire des panneaux pour mettre en avant les comptes FacebookTwitter et le réseau international des FabLabs.
Le parcours des ministres devant durer trente minutes chrono, tout avait été programmé et Emmanuelle Roux et Laurent Ricard, les deux responsables fondateurs du lieu, nous ont présenté une feuille de route (un « brief ») avec des « éléments de langage » à respecter et les idées fortes qu’ils voulaient faire passer au gouvernement.
Cette rencontre avec la haute hiérarchie nationale a donc été l’occasion d’un résumé très synthétique des intentions de ceux qui ont fait exister ce lieu. Chacun de nous a été placé dans tel ou tel espace, faisant telle ou telle action pour montrer de manière efficace et plus ou moins naturelle différentes facettes des activités du Lab.
Voici un récapitulatif, salle par salle, des temps forts de la visite. C’est aussi l’occasion de rappeler que ces salles portent des noms chargés d’histoire : Homo Faber, Leonard De Vinci, Gutemberg, Niépce…

Salle Homo Faber : « un wiki physique et une micro-usine locale et partagée »

Cette salle est la première dans laquelle les visiteurs/futurs usagers rentrent quand ils visitent le FacLab. L’objectif était dès l’arrivée des ministres de « faire comprendre qu’un FabLab c’est la continuité de la culture numérique, en appuyant sur la notion de partage, de wiki physique, d’espace collaboratif ». La « visioconf » (c’est à dire la connexion live avec les FabLabs internationaux) a été valorisée pour appuyer l’idée d’une communauté à la fois « virtuelle » et physique.

IMG_0928

Emmanuelle Roux et Laurent Ricard ont tenu dès la première salle un discours calculé, malgré tout assez proche de ce qui est transmis aux visiteurs lors de la visite rituelle qui marque chaque nouvelle arrivée :
« Ici, on accueille tout le monde : ceux qui souhaitent passer d’une idée à un objet, ou juste découvrir un FabLab. C’est gratuit à condition de respecter trois conditions, qui sont les valeurs morales du lieu : participer, partager, documenter. Il n’y a pas d’usager, uniquement des cocréateurs. Le FabLab est un lieu de décloisonnement, d’innovation sociale et collaborative. C’est un lieu jamais fini, que chacun peut améliorer, tout comme les projets qui s’y créent : il n’y a pas de culture du secret, que des projets ouverts. Si on résumait un FabLab, on pourrait retenir deux notions : c’est un wiki physique et une micro-usine locale et partagée. Les raisons de venir dans un FabLab sont nombreuses : créer, inventer, prototyper, façonner un objet unique, personnaliser, réparer, créer un objet non rentable… C’est aussi la possibilité d’adapter certaines choses à des besoins particuliers, ce qui peut être encore plus vrai dans une situation de handicap par exemple. »

Dans cette salle se tenait justement Clément, qui est en fauteuil roulant. Le ministre s’est très directement dirigé vers lui pour lui serrer la main, ce que Clément plus tard a avoué avoir trouvé un peu « médiatique » : « Il s’est tout de suite précipité sur le petit mec en fauteuil parce que FabLab ou pas FabLab ça fait toujours bien sur la photo de serrer la main à un gars handicapé. »

« La salle doit respirer le numérique »

C’est ce que la feuille de route transmise aux happy fews présents pour cette visite indiquait. L’affiche avec les comptes Facebook, Twitter et le slogan « créer, partager, participer » devait être mis en avant dans cette pièce. Dans cette salle se tenaient Olivier Gendrin (FabManager) à l’accueil comme d’habitude, Rafaëla qui imprimait quelque chose à la découpe vinyle, Jean-Yves et Adel et Clément, l’idée étant de valoriser aussi la dimension d’essaimage des FabLabs : Adel monte actuellement un FabLab dans le 14e arrondissement de Paris et Clément construit peu à peu le Limouzi Lab dans le Limousin.

Salle Léonard de Vinci : « les objets augmentés, la fusion entre matière et numérique »

Dans cette salle, l’objectif était de présenter la manière dont la libération de données numériques permet de faire de nouveaux objets ou de nouvelles applications. Le discours portait sur « la notion d’objets augmentées, l’idée d’ajouter de la valeur à l’objet physique par l’information numérique. »
Kora était présente avec d’autres pour présenter un projet d’application directement issu des données rendues accessibles par la Maire de Paris sur l’emplacement des toilettes publics : The place to pee était donc projeté sur le mur pour expliquer la manière dont les usagers de cette appli peuvent à tout moment rejoindre les toilettes les plus proches, qui peuvent être notées et appréciées par d’autres usagers.
Un autre projet, conçu par les étudiants de la licence pro que tiennent Emmanuelle et Laurent s’appelle l’arbre à LED et était également présenté. Les LED s’allument en fonction de la récurrence de certains mots sur Twitter, à partir d’un petit programme conçu sur Arduino.

« Les FabLabs sont nés des travaux de Neil Gershenfeld au MIT à Boston sur la fusion entre matière et numérique. Les données numériques se libèrent (on parle d’open data) et ces données permettent d’imaginer de nouveaux services. Les objets rematérialisent les données, s’augmentent et s’enrichissent. Un nouvel écosystème est en train de naître qui mêle savoir-faire traditionnels comme industriels et services numériques. Tout cela est rendu aussi possible par l’accessibilité de l’open hardware, c’est à dire l’open source appliqué à l’objet. La carte Arduino en est un exemple. Dans un FabLab, on passe dans un nouveau rapport à la création d’objet, comme lorsque nous sommes passés de la photo argentique à la photo numérique : il y a une dimension essai-erreur qui est immédiate. Le prototypage rapide facilite cela et permet d’oser essayer. »

IMG_0931

IMG_0921

Salle Gutenberg : « ici, on passe du fichier à l’objet, à la manoeuvre »

Dans la salle où se trouve la découpeuse laser, différents prototypes étaient montrés, choisis pour illustrer trois tendances possibles : « réparer, créer, ou personnaliser ». La question de montrer des objets « qui ont du sens » plutôt que des « gadgets » a été fortement appuyée par Emmanuelle, qui a bien précisé sa volonté de faire la démonstration avec des objets du quotidien :

« Au FabLab, on s’échange des fichiers comme des recettes de cuisine. Mais à quoi nous serviraient toutes ces recettes ? Nous avons besoin de créer des cuisines numériques et donner accès aux outils de production jusque là réservés aux professionnels. C’est le même potentiel de créativité et de nouveaux modèles que ce que l’on a pu observer avec la naissance du web. »

Salle Scurius Vulgaris : « ah non, on n’emmène pas le ministre dans la réserve »

Dans cette salle où sont stockés des objets en vracs et quelques outils encombrants, pas d’arrêt pendant la visite, donc.

IMG_0943

Salle Niépce : « comprendre que dans un FabLab on ne fait pas que de l’électronique »

Cette salle est prévue initialement pour la chimie mais a été transformée par les usagers du FacLab en salle de couture. Plusieurs machines à coudre sont donc installées, ainsi que le projet de Josiane, reproduction d’un costume d’époque de Gustave III de Suède. Avec Adel, ils ont piqué des LED dans les boutons de la veste du costume.

« Dans un FabLab, on redonne leurs lettres de noblesses aux savoir-faire. Il y a une nécessité de préserver et transmettre ces compétences. La question derrière tout ça pourrait être : comment créer des vêtements augmentés ou intelligents sans savoir coudre ? »

IMG_0810

Salle Erasme : « ne pas savoir coder, c’est être illettré »

C’est une salle de cours qui sera bientôt réaménagée pour accueillir « les diplômes pour accompagner la naissance des nouveaux métiers du numérique ». La visite de cette salle a été l’occasion de parler de ces diplômes qui seront bientôt lancés et de l’importance d’intégrer les pratiques numériques et la fabrication numérique personnelle dès le plus jeune âge.

« Aujourd’hui, cette salle est transformée pour accueillir des imprimantes 3D dans toutes leurs diversités. L’open source appliqué à l’objet permet d’innover collaborativement, en cycle très rapide. On avait envie aujourd’hui de vous présenter un cas concret du potentiel de l’open hardware. Les imprimantes 3D sont connues depuis longtemps et bien entendu sont plus sérieuses que ce que vous verrez ici, mais voici la diversité de projets, de modèles, d’envies apportées par une technologie libérée par son inventeur. C’est à peu près la même chose qui s’est produit avec Tim Berners-Lee quand il a libéré le html. Souvenez-vous, nous autres ne faisions rien de sérieux avec nos lignes de codes, rien que le monde du logiciel ne savait faire en mieux ! Pourtant le html a permis la naissance du web, de ses services, des réseaux sociaux, et de nouveaux métiers. Comme les premiers webmasters ont été rapidement nécessaire, deux métiers sont essentiels aujourd’hui : artisan 2.0, et FabManager. D’où la volonté de l’université de Cergy-Pontoise de proposer trois diplômes pour accompagner les professionnels en activité. »

Dans cette salle se trouvaient Julien (avec son imprimante designée par ses soins), Dai (qui est en train de finir la sienne sur le modèle de celle d’Henri), Ilyès (le plus jeune du FacLab, qui a séché l’école pour pouvoir faire à Jean-Marc Ayrault la démonstration de la MakerBot Thing-o-Matic) et Emmanuel Gilloz (pour sa célèbre FoldaRap)

8517466501_13dcd286d8_bEmmanuel Gilloz présente la FoldaRap
Crédit photo : Ophelia Noor

Ilyes AyraultIlyes (13 ans) est le plus jeune usager régulier du FacLab. Sur cette photo, il explique à Jean-Marc Ayrault le fonctionnement de la MakerBot.

Suite à la visite du FacLab et en conclusion du séminaire gouvernemental sur le numérique, le premier ministre a fait un discours dans l’amphi de la fac.
Dans le texte officiel issu de ce séminaire gouvernemental, l’expression “détournement créatif” a été choisie par le gouvernement pour qualifier une pratique permettant de « favoriser des usages innovants ». Comme le fait très justement remarquer Sabine Blanc dans son article publié sur Ouishare.net, c’est peut-être une façon de parler sans trop se brûler les lèvres de « hacking », terme qui pourrait faire frémir les sphères gouvernementales.


8517466693_9177f570a2_b
Crédit photo : Ophelia Noor

 

_______________________________________________________________________________________

Extrait du texte issu du séminaire gouvernemental du 28 février :

Développer les Espaces Publics Numériques (EPN) pour faciliter l’accès aux outils numériques (Mesure n° 10)

Les FabLabs sont des ateliers de fabrication numérique qui fonctionnent sur un mode collaboratif et mettent à disposition de leurs utilisateurs des machines (découpe laser, fraiseuses, imprimantes sur vinyles, imprimantes 3D, machines à coudre, réalisation de circuits imprimés etc.), des outils, des matériels et des compétences pour :

  • Maîtriser les innovations numériques issues des nouveaux procédés de fabrication et permettre aux usagers de produire de nouveaux objets ;
  • Permettre le “détournement créatif” des matériels et d’outils numériques existants et l’adaptation vers des usages innovants ;
  • Connaître les procédures de réparation des outils numériques (dont les outils électroménagers) pour répondre aux besoins des populations en difficulté.

Les FabLabs stimulent la créativité, la coopération, l’échange de savoirs et de savoir-faire. Ils constituent donc des lieux d’accès public aux technologies numériques ainsi que des espaces d’éducation scientifique et technique grâce à des démarches concrètes d’acquisition de compétences (mise en oeuvre, autoproduction, autoformation accompagnée…). Une trentaine de FabLabs ont déjà ouvert leurs portes en France. Ces lieux viennent compléter l’offre des Espaces Publics Numériques (EPN).

La France dispose en effet aujourd’hui d’un réseau d’environ 5 000 Espaces Publics Numériques (EPN) répartis sur le territoire et financés par les collectivités territoriales. Ces EPN disposent d’un ou plusieurs animateurs multimédias dont la mission est d’accompagner les citoyens pour les aider à maîtriser les outils et services de l’Internet et plus largement les technologies numériques. Ce sont aussi des lieux qui développent la vie locale avec les citoyens, les élus, les écoles et les entreprises.

L’objectif du Gouvernement est de faire de ces lieux un espace d’appropriation du numérique où trouver des conseils et des outils pratiques. Les collectivités locales, qui financent ces espaces, joueront un rôle majeur pour les adapter aux besoins de leurs territoires.

 

Le redressement productif à l’épreuve du “premier rendez-vous du design” – compte rendu

Vendredi 1er mars s’est tenu au ministère de l’économie et des finances le “premier rendez-vous du design” organisé par Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, Aurélie Filipetti, ministre de la culture et de la communication, et Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique. Selon les mots d’Alain Cadix, qui était présent pour encadrer cette rencontre, “le design est au coeur du redressement créatif” et ce premier rendez-vous du design pourrait être “annonciateur et porteur du redressement productif dont le pays a besoin.”

En effet, sur le site redressement-productif.gouv.fr, le design est décrit comme “un élément essentiel de la performance économique et de la compétitivité des entreprises, par l’attention aux usages, aux innovations possibles par les matériaux, les formes et les procédés de fabrication.”

Trois tables rondes se sont tenues pendant la matinée (devant un public majoritairement masculin et âgé de plus de quarante ans) :

  • Le design au service du redressement et de la compétitivité des entreprises françaises,
  • Les forces et les faiblesses du design en France,
  • Le rôle des institutions publiques dans la promotion du design.

“Le design va bien au-delà de l’esthétique, c’est un facteur de fécondité industrielle, c’est la créativité mise au service de l’industrie.”

Fleur Pellerin, qui était la veille en visite au FacLab de l’université de Cergy-Pontoise dans le cadre du séminaire gouvernemental sur le numérique a insisté, dans son discours d’ouverture sur la volonté du gouvernement de rapprocher les designers et les entreprises. Selon elle, il s’agit également de rapprocher le numérique et le design, pour réinventer la production française et créer les “champions mondiaux de l’économie de demain” :

Le discours de clôture d’Arnaud Montebourg allait d’ailleurs dans le même sens, l’un et l’autre croyant indispensable de rappeler, probablement pour montrer leur compréhension fine du domaine devant un parterre de “professionnels de la profession” (l’expression est de Godard) qu’il ne s’agit pas du “design pour faire joli”, mais bien d’un design qui s’adresse aux mutations de la société, à la manière dont les gens font usage des objets… le design étant bien unanimement posé comme “autre chose que de la déco”.
Au-delà du fait qu’il est tentant de se demander pendant combien d’années encore on aura à chaque fois une reprécision sur la définition du design avant de pouvoir en parler correctement, Alain Cadix a sur ce point très justement fait remarquer que les médias entretiennent cette idée du design proche de la décoration, ajoutant que “c’est noble, mais pas représentatif de l’ensemble du design”.
La palme de la plus belle formule revient néanmoins peut-être à Arnaud Montebourg qui a rapproché la pratique du designer d’une forme d’ »anthropologie des mutations ». Dans la première table ronde, Matali Crasset est d’ailleurs allée dans ce sens en se référant à Marc Augé et à son idée d’ »anthropologie appliquée ».

“Pour une politique nationale du design à concevoir, à coproduire.”

Alain Cadix a présenté le programme de la matinée en rappelant que dans un contexte de crise financière, le manque de moyens peut être une vertu si on l’entend comme une possibilité pour être innovant “et contributeurs”. Il a ajouté sa pierre à l’édifice des définitions en plaçant le design comme “un levier d’innovation, de différenciation, de compétitivité et de création de nouveaux imaginaires”.
Malgré un paysage français du design complexe et morcelé, la politique nouvelle de design que le Gouvernement laisse apercevoir pourrait alors aller dans le sens d’une économie de la contribution et de la co-construction. Un des points soulevés dans les tables rondes est la question de l’image du design et des designers dans les entreprises. Selon une bonne partie des intervenants convoqués, pour une meilleure sensibilisation des entreprises au design les designers devraient être mis sur un pied d’égalité avec la R&D et le marketing.

“Le design, laboratoire des transformations sociétales.”

La première table ronde (Le design au service du redressement et de la compétitivité des entreprises françaises) rassemblait Matali CrassetLudovic Noël (Directeur général de la Cité du design de Saint-Etienne) et Anne Asensio (Vice-présidente design et brand expérience Dassault Systèmes), Eric Carreel (président de WithingsSculpteo et Invoxia) et Jean-Louis Fréchin. Anne Asensio a commencé en précisant qu’elle ne pense pas le design comme “une aide à notre économie” mais davantage comme un outil nous permettant de nous projeter vers “des processus nouveaux, collectifs aussi, pour donner à voir de nouveaux concepts liés notamment au numérique”. C’est selon elle par ces aspects que le design pourra avancer.
Comment valoriser le design tout en maintenant son intégrité ? Eric Carreel a indiqué que selon lui, au-delà de la révolution du numérique et des tablettes tactile, le “design prolongé par l’utilisateur” est l’autre révolution avec laquelle il faudra compter. Cela implique de laisser une marge de manoeuvre à l’usager, d’avoir “des designs qui peuvent être modifiés, personnalisés”. Jean-Louis Fréchin est allé plus loin : le numérique est aussi une révolution de l’information qui a changé notre manière d’être ensemble. Dans cette lignée, il a dressé le portrait d’un design qui s’attaquerait à tout… “jusqu’à l’open gouvernement”.

Un des problèmes selon lui pour changer l’image du design dans les entreprises se pose dès l’éducation à ce qu’est le design, c’est-à-dire dans les écoles : “on joue au jeu de paume, dans les écoles de design françaises, c’est craintif, peureux.” Parler du numérique dans les écoles serait selon lui quasiment peine perdue, les étudiants étant “beaucoup dans la critique du monde et peu dans la projection”. Jean-Louis Fréchin a affirmé sa conviction que les “objets connectés” pourraient être à eux seuls le renouveau de l’industrie française. Dans la droite ligne de la question de l’innovation “par les usages”, ils seraient alors le terrain idéal pour placer les gens dans “une nouvelle relation entre production et consommation”.

“Le problème culturel du design en France, c’est celui de la culture du design.”

La deuxième table ronde (Les forces et les faiblesses du design en France), rassemblait Brigitte Flamand (Inspectrice Générale de l’Education nationale design et arts appliqués), Anne-Marie Boutin (Présidente de l’APCI) et Stéphane Thirouin (Directeur du design du groupe SEB), Antoinette Lemens et Pierre Oudart (Directeur général adjoint de la création au Ministère de la Culture et de la Communication). Selon ce dernier, la faiblesse du design en France est le corrélat de la place de la création en France, qui est aussi le problème : “Comment travailler l’imaginaire collectif qui pense que la créativité ne peut pas changer le monde ?” Selon lui, la faiblesse du corps social à intégrer le design tient au problème de la catégorie. Il s’agirait alors de travailler à “changer les imaginaires”, le design provoquant “la rencontre harmonieuse d’imaginaires consentants”.
Antoinette Lemens, forte de sa double culture, est allée dans ce sens en insistant sur le fait que la “culture design” est le point fondamental pour renforcer cette discipline : “Dans les pays nordiques, il existe cette culture. En Angleterre, on donne des cours dès l’école primaire, le design fait partie de tous les jours. Tous les métiers là-bas sont au courant du design, c’est dans la culture générale des personnes.” Selon elle, le problème de l’éducation au design ne se poserait alors pas uniquement pour les designers dans les écoles mais d’une manière générale, pour la société elle-même.

La troisième table ronde (Le rôle des institutions publiques dans la promotion du design) rassemblait Christian Guellerin (Directeur de l’école de Design Nantes Atlantique et président de Cumulus), Marie-Noëlle Bayard (designer, trésorière de l’AFD), Bruno Dussert-Vidalet, (Président directeur général de Blackbody), Laurent Dutheil, (Directeur général du Lieu du design) et Pierre Garner (designer industriel associé Elium Studio). Ces intervenants ont principalement pointé la nécessité de créer un “titre” de designer, de sensibiliser les PMI et PME au design mais aussi de les accompagner dans cette démarche.

“Colbertisme participatif.”

Invité à prendre la parole en conclusion de cette matinée, Arnaud Montebourg a désigné la démarche mise en place par le gouverment pour agir dans le sens du redressement productif de la France comme étant un “colbertisme participatif”, oxymore qu’il a justifié en expliquant que l’État devra faire des choix, mais qu’il devra s’appuyer sur la société entière.
Taclant la proposition d’Éric Besson de mettre en place un Centre National du Design, il a affirmé la volonté de ne pas créer un “énième centre ou sous-centre dont on ne saurait pas quelle est la place”, mais plutôt la volonté de “co-produire une politique publique”.

L’annonce importante de cette matinée est peut-être le crédit d’impôt pour les entreprises sur les dépenses de design, de conception et de prototypage. Reste à voir bien sûr si cette proposition sera réellement mise en oeuvre. En tous cas, l’objectif affiché du Gouvernement est d’amener la société à “comprendre l’importance du design pour redresser l’économie”.

“Vive la république, vive le redressement productif, vive le design et vive la France.”

Dans la continuité de la “mobilisation générale” de l’”équipe de France du design”, la principale détermination reste celle d’un accès facilité au design pour les PME, sans coût supplémentaire. Dans la droite ligne de son annonce au Lieu du Design le 21 février lors de l’inauguration de l’exposition anniversaire de l’ENSCI, La Fabrique des idées, dans laquelle il disait sa volonté de créer “l’équipe de France du design”, rassemblant PME, designers, entreprises et industriels, Arnaud Montebourg s’est laissé allé dans son discours de clôture à imaginer un “Meetic du design” qui permettrait de mettre en relation industriels en mal d’innovation et designers peut-être trop esseulés.
Derrière cette proposition qui peut faire sourire, l’idée générale est celle d’un État qui impulse, puis laisse faire. À suivre.