Le redressement productif à l’épreuve du “premier rendez-vous du design” – compte rendu

Vendredi 1er mars s’est tenu au ministère de l’économie et des finances le “premier rendez-vous du design” organisé par Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, Aurélie Filipetti, ministre de la culture et de la communication, et Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique. Selon les mots d’Alain Cadix, qui était présent pour encadrer cette rencontre, “le design est au coeur du redressement créatif” et ce premier rendez-vous du design pourrait être “annonciateur et porteur du redressement productif dont le pays a besoin.”

En effet, sur le site redressement-productif.gouv.fr, le design est décrit comme “un élément essentiel de la performance économique et de la compétitivité des entreprises, par l’attention aux usages, aux innovations possibles par les matériaux, les formes et les procédés de fabrication.”

Trois tables rondes se sont tenues pendant la matinée (devant un public majoritairement masculin et âgé de plus de quarante ans) :

  • Le design au service du redressement et de la compétitivité des entreprises françaises,
  • Les forces et les faiblesses du design en France,
  • Le rôle des institutions publiques dans la promotion du design.

“Le design va bien au-delà de l’esthétique, c’est un facteur de fécondité industrielle, c’est la créativité mise au service de l’industrie.”

Fleur Pellerin, qui était la veille en visite au FacLab de l’université de Cergy-Pontoise dans le cadre du séminaire gouvernemental sur le numérique a insisté, dans son discours d’ouverture sur la volonté du gouvernement de rapprocher les designers et les entreprises. Selon elle, il s’agit également de rapprocher le numérique et le design, pour réinventer la production française et créer les “champions mondiaux de l’économie de demain” :

Le discours de clôture d’Arnaud Montebourg allait d’ailleurs dans le même sens, l’un et l’autre croyant indispensable de rappeler, probablement pour montrer leur compréhension fine du domaine devant un parterre de “professionnels de la profession” (l’expression est de Godard) qu’il ne s’agit pas du “design pour faire joli”, mais bien d’un design qui s’adresse aux mutations de la société, à la manière dont les gens font usage des objets… le design étant bien unanimement posé comme “autre chose que de la déco”.
Au-delà du fait qu’il est tentant de se demander pendant combien d’années encore on aura à chaque fois une reprécision sur la définition du design avant de pouvoir en parler correctement, Alain Cadix a sur ce point très justement fait remarquer que les médias entretiennent cette idée du design proche de la décoration, ajoutant que “c’est noble, mais pas représentatif de l’ensemble du design”.
La palme de la plus belle formule revient néanmoins peut-être à Arnaud Montebourg qui a rapproché la pratique du designer d’une forme d’ »anthropologie des mutations ». Dans la première table ronde, Matali Crasset est d’ailleurs allée dans ce sens en se référant à Marc Augé et à son idée d’ »anthropologie appliquée ».

“Pour une politique nationale du design à concevoir, à coproduire.”

Alain Cadix a présenté le programme de la matinée en rappelant que dans un contexte de crise financière, le manque de moyens peut être une vertu si on l’entend comme une possibilité pour être innovant “et contributeurs”. Il a ajouté sa pierre à l’édifice des définitions en plaçant le design comme “un levier d’innovation, de différenciation, de compétitivité et de création de nouveaux imaginaires”.
Malgré un paysage français du design complexe et morcelé, la politique nouvelle de design que le Gouvernement laisse apercevoir pourrait alors aller dans le sens d’une économie de la contribution et de la co-construction. Un des points soulevés dans les tables rondes est la question de l’image du design et des designers dans les entreprises. Selon une bonne partie des intervenants convoqués, pour une meilleure sensibilisation des entreprises au design les designers devraient être mis sur un pied d’égalité avec la R&D et le marketing.

“Le design, laboratoire des transformations sociétales.”

La première table ronde (Le design au service du redressement et de la compétitivité des entreprises françaises) rassemblait Matali CrassetLudovic Noël (Directeur général de la Cité du design de Saint-Etienne) et Anne Asensio (Vice-présidente design et brand expérience Dassault Systèmes), Eric Carreel (président de WithingsSculpteo et Invoxia) et Jean-Louis Fréchin. Anne Asensio a commencé en précisant qu’elle ne pense pas le design comme “une aide à notre économie” mais davantage comme un outil nous permettant de nous projeter vers “des processus nouveaux, collectifs aussi, pour donner à voir de nouveaux concepts liés notamment au numérique”. C’est selon elle par ces aspects que le design pourra avancer.
Comment valoriser le design tout en maintenant son intégrité ? Eric Carreel a indiqué que selon lui, au-delà de la révolution du numérique et des tablettes tactile, le “design prolongé par l’utilisateur” est l’autre révolution avec laquelle il faudra compter. Cela implique de laisser une marge de manoeuvre à l’usager, d’avoir “des designs qui peuvent être modifiés, personnalisés”. Jean-Louis Fréchin est allé plus loin : le numérique est aussi une révolution de l’information qui a changé notre manière d’être ensemble. Dans cette lignée, il a dressé le portrait d’un design qui s’attaquerait à tout… “jusqu’à l’open gouvernement”.

Un des problèmes selon lui pour changer l’image du design dans les entreprises se pose dès l’éducation à ce qu’est le design, c’est-à-dire dans les écoles : “on joue au jeu de paume, dans les écoles de design françaises, c’est craintif, peureux.” Parler du numérique dans les écoles serait selon lui quasiment peine perdue, les étudiants étant “beaucoup dans la critique du monde et peu dans la projection”. Jean-Louis Fréchin a affirmé sa conviction que les “objets connectés” pourraient être à eux seuls le renouveau de l’industrie française. Dans la droite ligne de la question de l’innovation “par les usages”, ils seraient alors le terrain idéal pour placer les gens dans “une nouvelle relation entre production et consommation”.

“Le problème culturel du design en France, c’est celui de la culture du design.”

La deuxième table ronde (Les forces et les faiblesses du design en France), rassemblait Brigitte Flamand (Inspectrice Générale de l’Education nationale design et arts appliqués), Anne-Marie Boutin (Présidente de l’APCI) et Stéphane Thirouin (Directeur du design du groupe SEB), Antoinette Lemens et Pierre Oudart (Directeur général adjoint de la création au Ministère de la Culture et de la Communication). Selon ce dernier, la faiblesse du design en France est le corrélat de la place de la création en France, qui est aussi le problème : “Comment travailler l’imaginaire collectif qui pense que la créativité ne peut pas changer le monde ?” Selon lui, la faiblesse du corps social à intégrer le design tient au problème de la catégorie. Il s’agirait alors de travailler à “changer les imaginaires”, le design provoquant “la rencontre harmonieuse d’imaginaires consentants”.
Antoinette Lemens, forte de sa double culture, est allée dans ce sens en insistant sur le fait que la “culture design” est le point fondamental pour renforcer cette discipline : “Dans les pays nordiques, il existe cette culture. En Angleterre, on donne des cours dès l’école primaire, le design fait partie de tous les jours. Tous les métiers là-bas sont au courant du design, c’est dans la culture générale des personnes.” Selon elle, le problème de l’éducation au design ne se poserait alors pas uniquement pour les designers dans les écoles mais d’une manière générale, pour la société elle-même.

La troisième table ronde (Le rôle des institutions publiques dans la promotion du design) rassemblait Christian Guellerin (Directeur de l’école de Design Nantes Atlantique et président de Cumulus), Marie-Noëlle Bayard (designer, trésorière de l’AFD), Bruno Dussert-Vidalet, (Président directeur général de Blackbody), Laurent Dutheil, (Directeur général du Lieu du design) et Pierre Garner (designer industriel associé Elium Studio). Ces intervenants ont principalement pointé la nécessité de créer un “titre” de designer, de sensibiliser les PMI et PME au design mais aussi de les accompagner dans cette démarche.

“Colbertisme participatif.”

Invité à prendre la parole en conclusion de cette matinée, Arnaud Montebourg a désigné la démarche mise en place par le gouverment pour agir dans le sens du redressement productif de la France comme étant un “colbertisme participatif”, oxymore qu’il a justifié en expliquant que l’État devra faire des choix, mais qu’il devra s’appuyer sur la société entière.
Taclant la proposition d’Éric Besson de mettre en place un Centre National du Design, il a affirmé la volonté de ne pas créer un “énième centre ou sous-centre dont on ne saurait pas quelle est la place”, mais plutôt la volonté de “co-produire une politique publique”.

L’annonce importante de cette matinée est peut-être le crédit d’impôt pour les entreprises sur les dépenses de design, de conception et de prototypage. Reste à voir bien sûr si cette proposition sera réellement mise en oeuvre. En tous cas, l’objectif affiché du Gouvernement est d’amener la société à “comprendre l’importance du design pour redresser l’économie”.

“Vive la république, vive le redressement productif, vive le design et vive la France.”

Dans la continuité de la “mobilisation générale” de l’”équipe de France du design”, la principale détermination reste celle d’un accès facilité au design pour les PME, sans coût supplémentaire. Dans la droite ligne de son annonce au Lieu du Design le 21 février lors de l’inauguration de l’exposition anniversaire de l’ENSCI, La Fabrique des idées, dans laquelle il disait sa volonté de créer “l’équipe de France du design”, rassemblant PME, designers, entreprises et industriels, Arnaud Montebourg s’est laissé allé dans son discours de clôture à imaginer un “Meetic du design” qui permettrait de mettre en relation industriels en mal d’innovation et designers peut-être trop esseulés.
Derrière cette proposition qui peut faire sourire, l’idée générale est celle d’un État qui impulse, puis laisse faire. À suivre.

 


Une réflexion au sujet de « Le redressement productif à l’épreuve du “premier rendez-vous du design” – compte rendu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *