Step By Step #1: des humanités numériques au sein d’une équipe Arts

Ce billet est le premier d’une nouvelle rubrique dont l’objet sera de faire le point, tous les six mois, sur les activités liées aux humanités numériques au sein l’équipe Arts : Pratiques et Poétiques (APP) et du département Arts de l’université Rennes 2.

En mai 2011, l’université Rennes 2  a en effet innové en créant le premier poste de professeur en arts, esthétique et humanités numériques. Nommé sur ce poste en septembre 2011, j’ai rejoint l’équipe Arts : Pratiques et Poétiques où j’inscris désormais mes recherches.

L’année 2011 a largement été consacrée à mon installation, à une réflexion portant sur les enseignements en master recherche (ATN) et professionnel (CMM) et à l’inscription de l’équipe  APP aux activités du GIS MARSOUIN. Au-delà de mes activités personnelles, je m’efforce depuis septembre de poser les lignes directrices d’une recherche collective dans laquelle les outils informatique et numérique doivent occuper une place prépondérante dans la méthode d’enquête et d’analyse des données.

Ce billet fait un premier point sur les activités menées entre septembre et décembre 2012.

 

1. Emergence d’un groupe de recherche sur l’Esthétique des données.

– recherches en cours :

Il faut d’abord saluer l’arrivée de deux nouveaux doctorants : Camille Bosqué et Stéphane Degoutin. Agrégée d’arts appliqués, Camille Bosqué conduit une recherche sur les FabLab comme nouveau modèle de création industrielle à l’ère  de la démocratisation des outils. Cette recherche est co-dirigée avec Sophie Pène, professeure à l’université Paris-Descartes (Paris V) et directrice de la recherche à l’ENSCI-Les Ateliers.

Artiste et enseignant à l’Ensad, Stéphane Degoutin débute également une thèse portant sur le rapport entre architecture et données (« Le Umwelt des données ») sous la direction d’Antoine Picon, professeur à l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées. J’assure la co-direction de ce travail de recherche.

Ces deux nouvelles recrues structurent un peu plus le groupe de recherche qui est en train se former autour de la problématique de l’esthétique des données. En effet, depuis un an Virginie Pringuet, soutenue par le ministère de la Culture, développe un outil de récolement et de cartographie numérique de l’art dans l’espace public ; Marina Gallet, actuellement au Canada, enquête sur les entreprises d’archivage, de numérisation et de mises en forme des données culturelles et artistiques (1990-2011) ; Loïc Diaz revisite les corpus traditionnels du cinéma hollywoodien et ceux plus complexes de YouTube et Viméo en interrogeant les dévoiements amateurs du cinéma de masse (« L’art du remock ») ;  de son côté Laëtitia Giorgino, inscrite depuis quelques années d’abord à Paris 1 puis maintenant à Rennes 2est en train de finir la rédaction de sa thèse et livrera courant 2013 les résultats de sa recherche en arts plastiques consacrée à l’expérimentation et à la conception d’un appareil d’écriture artistique.

 

programmation et design : 

La deuxième édition de THATCamp Paris en septembre dernier a été l’occasion de proposer un atelier consacré à la nécessité de penser les conditions de collaboration entre le chercheur en sciences humaines, le programmeur et le designer dans la production des connaissances. Cette réflexion fait l’objet de nombreuses discussions avec l’école d’art de Valence (représentée par Gilles Rouffineau) et l’école d’art de saint-Etienne (représentée par David-Olivier Lartigaud). La retranscription des propos tenus lors de cet atelier est accessible dans les non-actes de THATCamp publiés par les éditions de la Maison des Sciences de l’homme.

Parallèlement, nous avons organisé avec Pierre Braun, enseignant-chercheur à Rennes 2, des réunions de travail avec des graphistes professionnels œuvrant à Rennes. C’est ainsi qu’une journée de travail a été organisée avec Anthony Folliard (atelier du Bourg), Vincent Menu et Jocelyn Cottencin. Cette journée nous a permis de poser les bases d’une réflexion commune sur le rôle et les enjeux du design graphique dans le cadre du design d’information.

Nous avons également organisé une séance de travail avec des enseignants-chercheurs du département MASS (Mathématiques appliquées et Sciences Sociales) de l’université Rennes 2 : Emmanuelle Martienne (IRISA-TexMex), Laurent Ughetto (IRISA-TexMex), Fabienne Moreau (IRISA-TexMex) et Aurélie Lemaître (IRISA-Insa). Les échanges ont porté sur les données dégradées, les relations sémantiques et l’évolution temporelle des corpus.

Ces réunions informelles mais indispensables ont permis d’identifier très rapidement les points de contact entre nos disciplines afin d’envisager l’idée d’une recherche collective relevant des humanités numériques.

 

communiquer et publier : 

Camille Bosqué est intervenue à Pau au colloque FabLab organisé par le festival Access (20 octobre 2012).

Virginie Pringuet a présenté une version d’étape de son projet de recherche (le wiki Atlasmuseum ) à l’ENS dans le cadre du projet de recherche Artlas (22 novembre 2012).

J’ai donné une série de conférences portant sur la fonction de l’art dans le cadre de la visualisation de données (Fresnoy, Ecole d’art de Pau). J’ai également présenté dans le cadre du colloque La Critique : art et pratiques (4 décembre 2012) à l’université paris 1 Panthéon Sorbonne, les premiers résultats graphiques portant sur l’analyse de l’activité de la critique d’art à partir d’une pratique de terrain que l’on nomme « le tour des galeries ».

Pierre Braun a opéré un virage personnel « Humanité numérique » : il publie régulièrement des billets sur son carnet de recherche portant d’une part sur sa pratique artistique initiée au début des années 1980, d’autre part sur l’histoire du Computer art.

Enfin, remercions nos amis québécois du laboratoire NT2 dont la dernière publication en ligne consacrée aux esthétiques numériques vintage accorde une place importante à nos recherches.

 

2. Master Recherche : Art et Technologie Numérique.

Anthony Cocherie a rejoint l’équipe pédagogique du Master 1. Il a assuré ce premier semestre une initiation à Processing. Il a également ouvert les portes du LabFab de Rennes et introduit la philosophie collaborative et communautaire dans les pratiques des étudiants.

Début décembre, Anthony Cocherie, Thomas Meghe (étudiant en M1 ATN) et Camille Bosqué se sont retrouvés à Make It Up, festival d’obsolescence reprogrammée et évènement co-créatif, qui s’est tenu du 1er au 3 décembre à Saint-Ouen. Camille Bosqué en rend compte dans un billet publié sur le site Strabic.

En Master 2, Marion Hohlfeldt, historienne de l’art, qui a rejoint également l’équipe pédagogique a consacré un séminaire portant sur les labyrinthes du GRAV. De mon côté, j’ai mis en place un séminaire portant sur la visualisation des données.

 

3. Master Pro Création et Management Multimédia

Dirigé par Pierre Braun, le master Pro CMM s’est résolument installé dans le paysage de l’open data et des données massives. Dans le cadre du cours consacré à la création personnelle, les étudiants de Master 1 planchent depuis début septembre sur des projets concernant les données oubliées, l’Internet des objets,  les promenades intelligentes, l’émergence des formes et la collection.

Les étudiants de Master 2 ont expérimenté de leur côté la programmation orientée design dans le cadre de deux workshops avec Dominique Cunin et Bertrand Duplat. Un billet à venir en rendra compte plus précisément.

 

 


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

Publié par

Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *